Venise

Préface d’Eric Walbecq
« La plus grande émotion de ma vie », écrit Lorrain à sa mère en découvrant Venise.
Texte rare où retentit cet accord unique entre Venise, ses palais, ses lagunes et cette écriture fin de siècle dite décadente. Saint-Marc précieux, gorgé comme une phrase de Huysmans ou de Lorrain. C’est la même orfèvrerie… Jamais auparavant Jean Lorrain n’avait écrit aussi longuement sur une ville. Venise est LA Ville, « Ma Ville » comme il le dit régulièrement à ses correspondants dans ses différentes lettres. Son enthousiasme n’est nullement feint, il est le refl et d’un dernier amour pour une ville, comme Paris fut pour lui au milieu des années 1880 un nouvel espoir. Venise marque donc une apothéose dans sa vie. Repris seulement en 1921 dans un volume de voyages à un tirage limité, ce texte fut originellement publié dans la Revue illustrée en deux livraisons en 1905. L’ouvrage comporte un choix de ses lettres vénitiennes.

Notre avis:

Un livre de moins de 100 pages pour un long et précieux voyage en terre vénitienne.

Le récit de Jean Lorrrain, son portrait de la ville, d’un mode de vie sont exquis,.

Les lettres à sa mère et à ses amis contribuent au tableau qui se dessine peu à peu devant les yeux du lecteur.

Si vous connaissez la lagune, vous allez aimer ce récit et vous retrouver dans chaque mots, si la ville des Doges ne vous est pas familière sachez que l’auteur saura vous transporter et vous aurez l’impression de vous promener avec lui à la découverte de Venise.

Un livre coup de cœur dans un format très agréable pour la lecture et une édition soignée dans la Collection L’Écrivain Voyageur de La Bibliothèque

❤❤❤❤❤️(❤️)

Édition La Bibliothèque

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *