La vie parfaite

Ce livre, à mon avis encore plus beau que les précédents de Silvia Avallone, nous transporte avec ses personnages dans des situations et des histoires de vies qui se croisent et nous font avancer avec les protagonistes.
Adele, une gamine seule dans cette salle d’accouchement. L’enfant qu’elle porte dans son ventre depuis neuf mois
arrive et elle sait qu’il n’y aura qu’un seul court et unique contact, un rapide moment, 20 minutes puis leurs chemins se sépareront définitivement car la petite sera adoptée.
Choix difficile pour la jeune mère de 18 ans, décision qui donnera à Bianca une vie meilleure, pas parfaite mais avec des possibilités que Adèle n’a pas eues.
Dora, trente ans, poursuit sa quête de maternité comme si c’était sa seule raison de vivre. Enseignante de lettres, mariée à Fabio et porteuse de handicap à cause de ce membre manquant, elle est écrasée par le vide de cette absence. Deux solitudes, celles de l’adolescente et de la femme mûre comparées.
Zeno, lycéen avec mère dépressive se retrouve à ne plus vivre sa vie mais celles des autres, il continue ses lectures de Flaubert et Dostoïevski qui le transportent ailleurs et nous espérons pour lui que ses études vont pouvoir l’émanciper et lui permettre de sortir du sentier qui lui était tracé.
Manuel, un ami de toujours qui rêvait d’aller à la fac et dont le chemin a été brutalement séparé de toutes et tous par le deal de drogue, par la prison.
Et il y a un quartier, le nom est inventé mais seulement ça, l’aspect Dantesque «Vous qui entrez ici abandonnez toute espérance» est bien celui de ce type d’agglomération avec beaucoup de rues mais pas vraiment d’issues, l’auteure le situe à proximité de la ville de Bologne, un quartier d’habitation très pauvre surnommé « Le lombriconi », un lieu où Il n’y a pas de seconde chance et pourtant Bologne est la à deux pas avec sa belle Université.
Au fil des pages, vous trouverez la solitude, l’abandon, la maternité non désirée par opposition à la désirée, la défaite, l’impossibilité de choisir, la complexité de la relation entre les parents, le contraste littérature/ télévision et finalement un petit fil de lumière et d’espoir.
Avec un style fort et direct, Silvia Avallone étonne et conquiert le lecteur.
Je vous conseille cette lecture sans hésitation.
❤❤❤❤❤
Liana Levi
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *