L’archipel du chien

Philippe Claudel dans son dernier roman propose au lecteur une parabole bien sombre sur le drame des migrants.

Une île peu peuplée, tout le monde se connaît, tout le monde joue son rôle mais les vagues transportent un jour de septembre les cadavres de trois hommes noirs sur la plage.

Jean-Jacques Goldman chantait dans sa chanson Peurs :

“Ici c’est comme ça

C’est chacun pour soi

La vie, les rumeurs

Peurs contre peurs”

Dans cette île c’est bien “peur contre peur”.

Le Maire et le Docteur décident de ne pas communiquer aux autorités que trois migrants ont échoué sur l’île ayant la crainte que l’installation de thermes qui est en projet ne se réalise pas à cause de la mauvaise publicité.

Les notables autochtones, y compris le Curé, se plient à la volonté du Maire et consentent à ce terrible camouflage, le seul réticent est l’Instituteur qui n’est pas natif de l’archipel, pour le faire taire une conspiration odieuse est mise en place.

C’est une descente aux enfers, une démonstration de la noirceur possible chez nos congénères.

Claudel ne nomme pas les personages, il les identifié par leur métier ou fonction : Le Maire, Le Curé… la voix off qui narre l’histoire en fait des archétypes de mesquinerie et baisses humaine.

L’écriture de ce livre est fluide et permet une lecture agréable.

❤️❤️❤️❤️

Stock

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *