Les couleurs de Fosco

Date de parution : 09/01/2019

Mot de l’éditeur :

Ils n’ont qu’un désir, vivre leurs rêves: Irene veut assouvir sa passion artistique, Angiolino aimer librement et Rocco s’affranchir du passé trouble de son père. Mais ils sont nés à Fosco, village entre ciel et mer du sud de l’Italie, où deux puissantes familles ont droit de vie et de mort sur les habitants. Un soir de fête, Irene et Rocco s’unissent et voilà que leur destin chavire, avec celui du village tout entier.
Porté par un souffle poétique que vient assombrir une réalité cruelle, évoquant tour à tour les romans d’Elsa Morante et de Milena Agus, Les couleurs de Fosco donne voix avec force et tendresse à une jeunesse qui se bat pour sa liberté.

Paola Cereda, diplômée en psychologie et auteure d’une thèse sur l’humour juif, a été finaliste de nombreux prix littéraires. Les Couleurs de Fosco est son premier roman publié en France.

Notre avis :

Êtes-vous déjà tombé amoureux de la plume d’un auteur, ce qui fait que vous attendez chaque nouveau roman avec impatience ? 

Paola Cereda a été pour moi une découverte, un véritable coup de foudre. 

J’apprécie son originalité, sa manière particulière et rugueuse d’écrire sur les sentiments et les émotions, créant de véritables bulles dans l’espace-temps dans lesquelles le lecteur se laisse conduire tout au long d’un récit entouré de sensations. On est dans un monde à part pendant notre lecture comme dans une boule de verre avec la neige qui tombe.

Paola Cereda écrit des hymnes aux femmes, leur force, leur courage, l’importance de la dignité et de l’émancipation.

Ce roman nous décrit des personnages appartenants à des époques différentes, portant des bagages lourds et encombrants.

Irene, Gianna et Lorenza, et avant elles Nuzza et Maria Catena, des femmes qui ont grandi à l’ombre des maîtres des pères et des maris, dans le silence dans l’omertà, convaincues que la vie est comme ça, mais la nouvelle génération ne ressent pas l’oppression de la même façon, Irene, Rocco e Angiolino incarnent le symbole du changement, de ce vent d’espoir qui souffle à Fosco dont le panneau d’entrée dans la ville est criblé d’impacts de balles …

Paola Cereda, dans cet ouvrage, parvient à mêler sacré et profane, en parlant d’amour et Ndrangheta comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Avec une écriture riche en nuances, l’auteure montre une grande capacité à rentrer dans le monde de ces jeunes rêveurs mais déterminés, Cereda a su nous proposer un livre qui fascine. Avec l’espoir que ses autres romans soient publiés en France, Les couleurs de Fosco est pour moi un roman hautement recommandé.

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Autrement 

Fosco et son panneau d’entrée
Paola Cereda
Angiolino
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *