Le Parfum

Mot de l’éditeur :

Le bâtard qui voit le jour dans le quartier le plus nauséabond de Paris s’appellera Grenouille, étrange nom guttural dont Gaillard (sa nourrice) et Grimal (le tanneur qui l’emploie à des tâches répugnantes) se font les échos, comme si la marginalité appelait forcément la marginalité. C’est donc dans la fange parisienne du XVIIIe que Grenouille, né sans parents ni amour, sans racines ni odeur, mène une vie de nomadisme olfactif, volant les odeurs, les imaginant, les recréant pour les infuser au monde entier. Sans distinction hiérarchique, il se pénètre de la moindre senteur, tout d’abord frénétiquement, puis avec méthode, pour finalement se livrer à un projet démiurgique et vampirique. Dans ce voyage jusqu’aux confins de l’imagination à la fois poétique et morbide, Süskind nous entraîne sans repos à la suite de son héros monstrueux, véritable buvard des essences dont l’ultime expérience revêt presque un caractère généreux et mystique.

Notre avis :

Netflix propose depuis quelques jours une excellente série : Le Parfum. Originellement diffusée sur la chaine allemande ZDFneo, Le Parfum se base sur le roman du même nom (déjà adapté au cinéma avec Ben Wishaw), mais dont l’action a été transposée de nos jours par les scénaristes Eva Kranenburg, Philipp Kadelbach et Oliver Berben.

C’est l’occasion de plonger ou replonger dans le livre de Patrick Süskind, un roman imprégné d’arômes, de solitude, de folie; une combinaison de réalisme et de fantaisie. 

L’écriture est ingénieuse en particulier dans la création du protagoniste, un paria de la société, un être qui n’émane pas d’odeur humaine et ne semble pas avoir de sentiments. Ce qui frappe chez Jean Baptiste Grenouille est son manque de communication avec le monde, une seule passion pour les parfums et cette aura de tristesse, un personnage sombre, décadent, avec toutes les caractéristiques qui méritent d’être détestées par le lecteur lorsque ses idées étranges mènent à des actions ignobles; au lieu de cela, parmi les mille nuances psychologiques créées par la plume de l’auteur, la mélancolie et la proximité avec ce jeune homme, la compréhension du chemin de la vie qui a abouti à quelque chose d’anormal et de development.

Des questions nous accompagnent dans la lecture et dans le décryptage de Grenouille : possède-t-il un cœur à l’intérieur de ce corps qui ne dégage pas d’odeurs? Est-il né avec une anomalie ou les conditions dans lesquelles il est né et a été abandonné en ont-elles fait un monstre? Suskind ne propose pas de solution à l’énigme, mais plutôt un voyage fait de sensations, de visages, de mort et d’injustices. Un roman au goût de fiel, une sage imbrication de moralité et de folie, pour nous mener dans les profondeurs de l’âme humaine. L’écriture est enveloppante riche d’images, de paysages, d’ambiances, de couleurs et de parfums bien sûr, le thème principal.

Il se lit d’une traite ce récit que nous vous conseillons !

Livre de Poche 

❤️❤️❤️❤️❤️

Film Le Parfum
Série Le Parfum
Série Le Parfum
Le Parfum Livre de Poche
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *