Les Heures indociles

Mot de l’éditeur :

1908. Dans le Londres de Virginia Woolf et Conan Doyle, une suffragette, un médecin anticonformiste et un aristocrate excentrique mènent une lutte à mort pour le progrès.

La reine Victoria n’est plus et son fils, Edward VI, se rapproche de ses voisins européens. Le vieux monde britannique se fissure sous l’impulsion de groupes d’avant-garde, comme les suffragettes qui mènent une lutte acharnée pour le droit de vote des femmes. L’heure n’est pas à la révolution, mais à une révolte sociétale de moins en moins feutrée.

Dans Les Heures indociles, Éric Marchal relate le parcours de trois personnages hors du commun : Olympe Lovell, une guerrière au service d’Emmeline Pankhurst, figure de proue des suffragettes. Thomas Belamy, l’Annamite, médecin au St Bartholomew Hospital, le plus vieil établissement de Londres. Il travaille dans le service flambant neuf des urgences et dirige un département de médecine non conventionnelle dont le but est d’unifier les pratiques occidentales et chinoises. Enfin, Horace de Vere Cole, le plus excentrique des aristocrates britanniques, poète et mystificateur, à la recherche de son chef-d’oeuvre, le plus grand canular de tous les temps.

Chacun d’eux est un rebelle. À deux, ils sont dangereux. À trois, ils sont incontrôlables et deviendront la cible du pouvoir et d’un mystérieux personnage se faisant appeler « l’Apôtre ».

L’auteur :

Éric Marchal a 48 ans et vit à Vittel. 

Son premier roman, Influenza (Les ombres du ciel, 2009 ; Les Lumières de Géhenne, 2010), paru en deux tomes aux éditions Anne Carrière, a reçu le prix Carrefour Savoirs 2009. 

Il est également l’auteur du livre Le Soleil sous la soie (Anne Carrière, 2011).

Notre avis :

Un roman historique d’extraordinaire intensité.

Trois personnages forts et très rapidement adoptés par le lecteur.

Trois compagnons de route qui développent une solidarité très forte, c’est vraiment un pour tous, tous pour un dans les rues de Londres, unis par la volonté d’un avenir meilleur, sans oppresseurs.

Éric Marchal utilise les véritables actions des suffragettes comme fil conducteur de cette histoire palpitante.

Olympe notre suffragette bien déterminée a s’émanciper de la gente masculine a choisi son prénom en référence à Olympe de Gouges son héroïne qui a écrit Zamore et Mirza ouvrage qu’elle conseille à tout le monde.

Mention spéciale à donner au dialogue avec Sir Conan Doyle.

Nous vous conseillons de lire : «Suffragette, Genèse d’une militante » par Emmeline Pankhurst, l’autobiographie qui a inspiré le film « Les Suffragettes» où la célèbre femme politique est interprétée par Meryl Streep. À voir aussi «L’ordre Divin» film qui relate l’histoire d’un village suisse avant le vote masculin pour la possibilité d’accession au vote des femmes dans les années 70 et oui nos voisines les suissesses ont commencé à voter plus récemment que dans les autres pays européens …

Pour revenir à notre roman et paraphraser Alexandra David Néel ce livre est comme une étoile, on ne le quitte pas des yeux. Il vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine.

À lire !

❤️❤️❤️❤️❤️

Anne Carrière 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *