Alto Braco

Mot de l’éditeur :

Alto braco, «haut lieu» en occitan, l’ancien nom du plateau de l’Aubrac. Un nom mystérieux et âpre, à l’image des paysages que Brune traverse en venant y enterrer Douce, sa grand-mère. Du berceau familial, un petit village de l’Aveyron battu par les vents, elle ne reconnaît rien, ou a tout oublié. Après la mort de sa mère, elle a grandi à Paris, au-dessus du Catulle, le bistrot tenu par Douce et sa sœur Granita. Dures à la tâche, aimantes, fantasques, les deux femmes lui ont transmis le sens de l’humour et l’art d’esquiver le passé. Mais à mesure que Brune découvre ce pays d’élevage, à la fois ancestral et ultra-moderne, la vérité des origines affleure, et avec elle un sentiment qui ressemble à l’envie d’appartenance.

Vanessa Bamberger signe ici un roman sensible sur le lien à la terre, la transmission et les secrets à l’œuvre dans nos vies.

Notre avis :

C’est un beau roman, c’est une belle histoire j’ai envie de vous le dire un peu comme une chanson qui raconte l’Aubrac, les liens avec la terre, avec la famille.

De Paris à l’Aveyron un court séjour se transforme en un voyage long physiquement et mentalement, hauts et bas se succèdent.

Une fresque qui se découvre petit à petit.

La surprise des racines retrouvées qui racontent une histoire de famille différente.

Nous découvrons également le lien de cette terre avec la viande qu’elle produit et les difficultés et questionnements autant pratiques qu’éthiques qui sont liés à cette filière.

La viande dans la vie de Brune, la protagoniste de ce roman, est une véritable géhenne,  le voyage vers le passé qu’elle va accomplir permettra de remettre en place un puzzle émotif bien plus compliqué et bien ancré dans la terre de ses ancêtres.

Vanessa Bamberger écrit sur l’inné et l’acquis, thème inépuisable traversant toutes les disciplines. Est-ce qu’il existe une « grammaire universelle » à la Noam Chomsky ? Quelle place occupe l’acquis dans notre développement ? Tout ça se trouve en filigrane dans la fine dentelle que l’auteure tisse.

Comme pourraient le faire ses personnages Douce et Granita avec leur recettes, l’auteur nous nourrit d’une plume exquise.

Superbement construit ce récit offre des couches successives de lecture pour nous délecter.

❤️❤️❤️❤️❤️

Liana Levi 

Vanessa Bamberger
Aubrac
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *