À la ligne, Feuillets d’usine

Mot de l’éditeur :

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer. 

Par la magie d’une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes.

Notre avis :

L’auteur écrit « Ce n’est pas du Zola mais on pourrait y croire On aimerait l’écrire le XIXème l’époque des ouvrier héroïques On est au XXIème siècle ». Oui, mutatis mutandis, Joseph Ponthus narre avec une intensité remarquable qui pourrait bien s’apparenter aux écrits de Zola.

Le peintre Pellizza da Volpedo a créé pour le titre de son plus célèbre tableau une expression, « le Quart-État »,  en écho à celle de Tiers-État, pour désigner le prolétariat, les exclus, ceux qui n’ont rien dans les mains, rien à perdre. Dans cette longue poésie de 272 pages il est question d’un « Quart-État » contemporain.

Intérimaire par nécessité, la découverte de l’usine, des usines se pose sur le papier, devient un récit lucide et éloquent d’une situation subie qui pourtant permet de survivre et de demeurer là où son amour, son mariage l’ont conduit et où il veut être.

Jour après jour sa formation littéraire et les expériences vécues dans « sa vie d’avant » le soutiennent et l’accompagnent.

Pas possible de manifester pour des meilleures conditions de travail, l’auteur est conscient de tout ce qui se passe autour de lui mais l’immense fatigue, le besoin et l’instinct de survie qui rend individualiste prévalent.

Notre protagoniste montre une forme de gratitude envers son agence d’intérim et toutes celles et tous ceux qui peuvent lui proposer du travail, en se disant  je veux du boulot juste du boulot et mon chèque à la date convenue, c’est sa servitude volontaire.

Mais ne nous méprenons pas : l’esprit de révolte est toujours sous-jacent

Avec un journal intime en vers qui a une résonance de pamphlet cet intellectuel au pays de l’intérim trouve un moyen de transmission éclairé et intense, les citations littéraires ou musicales sont toujours ad hoc et enrichissent le récit.

Ce premier roman de Joseph Ponthus est un coup de cœur pour moi et nous rappelle, si nécessaire, le formidable pouvoir des mots.

❤️❤️❤️❤️❤️

Éditions de La Table Ronde 

le Quart-État Pellizza da Volpedo
Joseph Ponthus
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *