Mémoires de dame Pelote, chatte de messire Montaigne

Mot de l’éditeur :

Lorsque Montaigne écrit : « Quand je me joue à ma chatte, qui sçait si elle passe son temps de moi plus que je fais d’elle. » Françoise Armengaud part de ces quelques lignes pour dresser un portrait de Montaigne par sa chatte et dans le dernier chapitre Montaigne as a cat à la manière anglo-saxonne.

Extrait :

Me voilà bien honorée et flattée. Mais plus que la philosophie des poutres, j’aime la sagesse de mon maître, qui est son art de vivre. Parfois je me demande s’il ne m’a pas tout simplement copiée ! En tout cas, comme lui, j’ai toujours pensé que la plus expresse marque de la sagesse, c’est une esjouissance constante, et je suis ravie lorsqu’il ajoute que son état est comme des choses au-dessus de la Lune, toujours serein. N’est-ce pas marque de grande intelligence que de passer le temps quand il est mauvais et incommode, et quand il est bon, de ne le vouloir point passer, le retâter et s’y tenir ? Pas plus tard qu’hier, il me faisait encore la leçon et m’enjoignait ainsi, me répétant la sentence peinte sur poutre : Pelote, accepte en bonne part les choses au visage et au goût qu’elles se présentent à toi du jour à la journée, le demeurant est hors de ta connaissance. Regarde-moi, Pelote : Mon métier et mon art, c’est vivre. Écoute-moi, Pelote ! Les humains sont de grands fous : Il a passé sa vie en oisiveté, disons-nous, je n’ai rien fait aujourd’hui… Quoi ? N’avez-vous pas vécu ? C’est non seulement la fondamentale, mais la plus illustre de vos occupations. Je réplique in petto : Mais oui, mon cher Montaigne, je suis bien d’accord ! Et tu sais bien que les chats ne sont pas des fous ! Lorsque je l’entends proclamer : Je n’ai affaire qu’à moi, je me considère sans cesse, je me contrerolle, je me goûte, je me roule en moi-même, et autres propos de même farine, moi  chatte Pelote, je me dis que vraiment mon maître est pétri de félinité. Je l’ai déjà mainte fois noté. Plus passent les années, plus j’en suis persuadée. Je dirai même que c’est l’humain le plus chat que j’aie jamais connu. Pour sûr, il a été chat dans une vie antérieure et sans doute le redeviendra-t-il dans une vie future. Il a toujours su prendre le temps de vivre, de jouir de soi et du moment présent et à bon escient. Comme s’il avait pour devise de ne se point précipiter pour rien. Ne s’avancer qu’avec prudence, mais si l’on s’avance, le faire avec détermination. J’ai aimé particulièrement ce passage des Essais où il écrit : Quand je danse, je danse ; quand je dors je dors. Quand je me promène seul dans un beau jardin ou un beau verger, si parfois je pense à des choses lointaines, je ramène vite mes pensées à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi. N’en faisons-nous point autant, nous autres

Biographie de l’auteur :

Philosophie animaliste, Françoise Armengaud a une œuvre importante et singulière consacrée à cette question qui apparaît de plus en plus cruciale, elle a publié, entre autres, préfacée par Elisabeth de Fontenay, Lire l’éternité dans l’œil des chats ou De l’émerveillement causé par les bêtes, en 2016 aux Belles Lettres. Essais 2002 Lignes de partage. Littérature/Poésie/Philosophie, Éditions Kimé. 2007 La pragmatique, Éditions des PUF. 2011 Réflexions sur la condition faite aux animaux, Éditions Kimé. 2015 Requiem pour les bêtes meurtries, essai sur la poésie animalière engagée, Éditions Kimé. 2016 Lire l’éternité dans l’œil des chats ou De l’émerveillement causé par les bêtes, préface d’Élisabeth de Fontenay, Éditions Les Belles Lettres. Livres pour les enfants 2005 Bêtes de longue mémoire – Images de Martine Bourre, Éditions du Rocher. 2013 Le rhinocéros de Wittgenstein – Images de Annabelle Buxton, Éditions des Petits Platons. Traductions (de l’anglais) 2010 Articles et poèmes d’Adrienne Rich, dans Adrienne Rich, La contrainte à l’hétéro-sexualité et autres essais, Éditions Mamamelis, Genève. 2011 Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles – Images de Laura Nillni, Éditions Philomèle.

Notre avis :

Dame Pelote nous invite chez Michel de Montaigne, grand précurseur de la libération animale.

Pelote est un chat de Bibliothèque, elle vit avec son humain dans l’univers de lettres et de la philosophie en particulier.

La lecture de cet ouvrage, écrite par une amoureuse des animaux, est délicieuse.

Je connaissais l’auteure ayant lu Le rhinocéros de Wittgenstein qui m’avait fort plu mais ce récit félin suscite encore plus mon enthousiasme et émerveillement.

Un livre d’une centaine de pages que vous lirez d’une traite, il vous captivera et fera sourire.

Style fluide et agréable on pourrait même dire « au poil ». Les pages sont ornées par des délicates illustrations de l’auteure pour cette plaisante édition.

Quelles ravissantes créatures nos compagnons les chats. Si vous envisagez l’adoption d’un petit félin, sachez que les prénoms de l’année 2019 doivent commencer par la lettre « P », une petite Pelote pourrait donc partager votre vie.

Je vous recommande cette lecture.

❤️❤️❤️❤️❤️

La Bibliothèque

Extrait
Françoise Armengaud
messire Montaigne
Armoiries de messire Montaigne
Chats
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *