Le temps qui reste

Date de parution 28/03/2019

Mot de l’éditeur :

À quoi rêve-t-on quand on a quatorze ans dans un bourg ouvrier de Toscane? Pour Sauro, la réponse a l’allure d’un dieu du rock en boa blanc découvert au début de l’été 1985. Avec le Docteur, Momo et le Trifo, ils vont chanter comme David Bowie et monter «le meilleur groupe de la région». Qu’importe si personne ne sait jouer, s’il faut répéter dans la chambre froide d’un ancien abattoir. Bientôt, rien d’autre ne compte que leur premier concert pour impressionner la belle Bea Tempesti… Vingt ans plus tard, Sauro, qui a coupé les ponts avec sa famille et avec le groupe, reçoit un appel l’informant que son père a disparu. De retour sur les lieux de son enfance, dans l’ombre suffocante de la NovaLago, la centrale géothermique qui étouffe toujours hommes et paysages, Sauro affronte enfin les démons de cet été tragique où sa vie a basculé.

Un suspense brûlant, une construction remarquable pour un premier roman poignant sur l’envers du «miracle italien», la force de l’amitié et le poison de la trahison.

À propos

«La force de ce roman se voit dès le premier chapitre. J’ai eu le sentiment d’une vraie révélation, c’est-à-dire de me retrouver face à l’un de ces talents nécessaires.» Sandro Veronesi

Biographie de l’auteur :

Marco Amerighi, né à Pise en 1982, est enseignant et traducteur de l’espagnol. Il vit aujourd’hui à Milan. Le temps qui reste (Liana Levi, mars 2019) a remporté en Italie le Prix Bagutta du premier roman 2019.

Notre avis :

Sauro, Momo, le Doctor et le Trifo vivent à Badiascarna, (bourg imaginaire situé en Toscane) ils sont l’archétype de la vie des adolescents : tourmentés, amoureux, effervescents selon les moments. Ces jeunes décident de fonder un groupe de post-punk, peu importe ce que cela signifie, car ils ne le savent même pas, rien d’étonnant à 14 ans mais un soir, un soir qui finira par changer le destin de tout le monde, le Trifo disparaît mystérieusement et rien ne sera plus jamais comme avant. Sauro sera chassé par son père; un père qui semble de temps en temps être un autre. Un père qui disparaît, qui fait des discours farfelus, comme si son cerveau se bloquait parfois, un homme qui a du se plier à une silencieuse retraite anticipée.

Histoires de garçons et de parents, d’amour et de musique, de colère, de douleur, de maladie et de mort. Histoires de rancune dans un pays où l’on préfère le secret sur la présence de l’amiante dans la centrale géothermique qui emploie une grande partie des habitants de la petite ville.

Nous ne rencontrons pas les belles vallées ou les villes d’art de la magnifique Toscane mais la partie de la région qui exploite la géothermie et qui évoque plutôt  un paysage dantesque.

Marco Amerighi entrelace le passé avec le présent et le fait avec un extrême naturel. 

L’année 1985 où tout commence, n’est jamais vraiment “passée “ et est « éternellement présente », une sorte de refrain, de fil conducteur de tout le livre. Comme si cette Italie, ce beau pays était incapable de changer et d’avancer positivement.

L’auteur gère habilement les sauts dans temps et ramène Sauro, vingt ans plus tard, à Badiascarna mais le protagoniste du récit, lui,  est profondément transformé. Marco Amerighi cherche le sens et le mystère du temps, qui nous échappe ou se fixe sur les douleurs de l’humanité comme les fibres d’amiante qui se cristallisent dans les poumons. 

Un récit fort, à mi-chemin entre le roman de formation et la dénonciation sociale. L’auteur décrit sans crier, raconte sans tout dévoiler, il ne cherche jamais la compassion du lecteur mais le conduit à réfléchir.

Ce roman se lit rapidement et on en raffole, comme dans un jeu d’arcade des années 1980 pas possible de s’arrêter avant la fin.

❤️❤️❤️❤️❤️

Liana Levi 

Marco Amerighi
Extrait
Extrait
Extrait
Extrait
L’idole David Bowie
Carte de l’amiante en Toscane
Géothermie en Toscane
Ape

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *