Le Vampyre

Mot de l’éditeur :

Au mois de mai 1816, le poète anglais Lord Byron, son médecin et secrétaire John Polidori, Mary Godwin (future Mary Shelley) et le philosophe et  poète Percy Shelley séjournent près de Genève.

Le soir, réunis autour du feu, ils aiment se lire à haute voix des poèmes sur les vampires. Par une nuit particulièrement agitée, ils décident de se divertir en écrivant chacun une histoire de fantôme.

Mary Godwin, qui avait dix-neuf ans, commence ce qui allait devenir Frankenstein ; Lord Byron écrit un fragment sur un vampire aristocrate appelé Darvell. À partir de ce fragment, Polidori, alors âgé de vingt-et-un ans, écrit Le Vampyre (1819).

Un étranger arrive à Londres. Il séduit hommes et femmes, mais semble enveloppé de ténèbres. Qui est-il ? Se pourrait-il qu’il soit une créature maléfique ?

Dans ce bref roman, Polidori invente la fgure moderne du vampire, en croisant les légendes qu’il a recueillies en voyageant avec Byron, et un portrait  peu flatteur de son employeur, aristocrate séducteur, froid et destructeur. Immense succès des années 1820, ce texte inspire  suites et adaptations théâtrales. La continuation la plus connue est ici reproduite à la suite du texte de Polidori : Le Comte Ruthwen ou les Vampires de Cyprien Bérard (1826), un récit empreint de romantisme noir.

Traduction d’Arnaud Guillemette.

Postface de Thomas Spok et David Meulemans, qui étudie la naissance de ce mythe et de cette matrice allégorique, deux cents ans après sa première publication.

Biographie de l’auteur :

John William Polidori (Londres, 7 septembre 1795 – Londres, 24 août 1821), fils de Gaetano Polidori, est un écrivain italo-anglais. Il est notamment connu pour la nouvelle Le Vampire (The Vampyre), parue en 1819 et qui popularise le thème du vampirisme dans la littérature.

Notre avis :

Aux Forges de Vulcain nous propose un livre dans un format qui présente « Le Vampyre » de John William Polidori, sa suite « Le Comte Ruthwen ou les Vampires » de Cyprien Bérard et une intéressante postface.

Nous pouvons retrouver des créatures avec des caractéristiques proches du vampire, (monstres anthropophages ou suceurs de sang) dans des croyances présentes un peu partout, chez les Babyloniens, les Romains tout comme en Chine. Ces phénomènes naissent de tout un imaginaire associé aux peurs ancestrales de la mort mais aussi au caractère sacré du sang, considéré comme le siège de l’âme et donc interdit de consommation. Du Moyen Âge au XVIIe siècle, la croyance en la vie après la mort n’a jamais été aussi forte, liée à des périodes où coïncidaient épidémies et affaires de pillage de sépultures. On attribue aux vampires la profanation des tombes et les disparitions de jeunes filles vierges entre autres méfaits. L’Église catholique, par ses campagnes menées contre ses grands ennemis comme les sorcières, les bêtes monstrueuses et les vampires, alimente la terreur populaire et encourage la production de traités pour combattre ses êtres démoniaques. Dans « Magia Posthuma », un petit ouvrage de 1706, Ferdinand de Schertz raconte que de son temps, les observations de vampires dans les montagnes de Silésie et de Moravie étaient fréquentes. Les créatures apparaissaient en plein jour comme la nuit. Le seul remède contre ces apparitions était de couper la tête et de brûler le corps du buveur de sang. Emily Gerard dans son récit « Superstitions en Transylvanie » nous explique qu’ils existent deux sortes de vampires : les vivants, généralement des enfants illégitimes et les morts, des revenants tués et transformés par un vampire.

Tout ceci est l’état des lieux du monde vampirique avant la naissance du vampire moderne que Polidori initie dans son livre. L’auteur décrit un vampire cultivé, en apparence romantique, énigmatique, fin charmeur en société mais également loin d’être innocent puisque comme dirait l’écrivaine Morgane Caussarieu « Les gentils vampires n’existent pas ».

Dans « Le Vampyre » Aubrey, un jeune homme orphelin en possession d’une grosse fortune rencontre à Londres le mystérieux Lord Ruthven. Aubrey est fasciné par Ruthven et decide de se rendre en Europe avec lui. Plus Aubrey passe du temps avec Ruthven, plus il découvre d’étranges événements et attitudes, il décide alors de prendre ses distances et s’éloigner de son dangereux compagnon de voyage mais il est déjà trop tard pour sauver tout ce qui lui est cher de la soif du vampire. Lord Ruthven, hérite des traits de tous les grands libertins raffinés et amateurs d’art. Polidori n’est cependant pas l’inventeur de Ruthven, il s’est inspiré de l’oeuvre de Lord Byron écrite la même nuit qui a vu la création de Frankenstein par Mary Shelley. Polidori fut, en effet, le secrétaire et médecin de Byron, homme dont la personnalité excentrique et le mode de vie furent une source d’inspiration pour le fameux Ruthven.

Cette nouvelle est très agréable à lire tout comme sa suite « Le Comte Ruthwen ou les Vampires » de Cyprien Bérard, nous y retrouvons le dangereux Lord Ruthwen qui se rend à Venise et frappe à nouveau, tuant la jolie Bettina et torturant son amoureux, Léonti, qui jure de la venger et décide de se joindre au combat d’Aubrey devenu chasseur de vampires à la recherche de ce monstre insaisissable qui a détruit sa vie. 

J’ai été ravie de la publication et de la lecture de « Le Vampyre ».

Étant une grande amatrice de littératures de l’imaginaire je connaissais Polidori et son texte qui fut acclamé lors de sa sortie mais j’ai découvert le récit romantique et gothique de Cyprien.

La postface signée par Thomas Spok et David Meulemans est une belle surprise et porte un regard intéressant sur l’évolution du mythe du vampire.

« Le Vampyre » est un livre nécessaire pour mieux comprendre les ouvrages qui ont suivi comme par exemple « La Dame pâle » d’Alexandre Dumas, les récits de Mérimée, Maupassant, Gautier, le magnifique « Carmilla » de Sheridan Le Fanuet et évidemment « Dracula » de Bram Stoker. Nous constatons ainsi que à partir de « Le Vampyre » l’écriture a arraché le vampire à la superstition pour en fabriquer un mythe littéraire dont l’empreinte persiste.

Le vampire ne cesse et ne cessera sans doute jamais de faire parler de lui. Refuge de nos contradictions, personnage polyvalent, hybride et énergique, il séduit toujours. S’il n’inspire plus la peur, il reste un objet de fascination. Monstre intemporel, il s’adapte aux époques et aux langages nouveaux.

Juste pour l’anecdote Lord Ruthwen est aussi un vampire personnage de Marvel Comics qui apparaît dans La Terre-616 (Earth-616).

Le vampire littéraire est encore aujourd’hui vivant, ou plus exactement non-mort, il n’est donc pas si simple à enterrer.

Je ne peux donc que vous dire de vous laissez tenter et vous recommander la lecture de « Le Vampyre »

❤️❤️❤️❤️❤️

Aux Forges de Vulcain 

Polidori de Richard Westall 1813
Extrait
Portrait de Lord Byron
À lire aussi !
À lire aussi !
Lord Ruthwen Marvel Comics
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *