Cassandra Darke


Mot de l’éditeur :

Cassandra Darke, Londonienne pur jus, vieille teigne misanthrope, mauvaise coucheuse en surcharge pondérale, n’est pas sans rappeler le célèbre Scrooge de Dickens. Elle ne pense qu’à elle-même et aux moyens de préserver le confort dont elle jouit dans sa maison de Chelsea à 8 millions de livres. La galerie d’art moderne de son défunt mari a été le théâtre de fraudes qui l’ont mise en délicatesse avec la justice et au ban de son milieu. Mais Cassandra s’accorde le pardon, au prétexte qu’«à côté de tous ces meurtriers récidivistes, on se sentirait presque comme Blanche-Neige». Ses fautes n’impliquent «ni violence, ni arme, ni cadavre». Hélas, dans son sous-sol, une ex-locataire, la jeune et naïve Nicki, a laissé une surprise qui pourrait bien s’accompagner de violence et d’au moins un cadavre… 

Affinant encore sa virtuosité unique, entre roman et bande dessinée, Posy Simmonds poursuit la fresque de l’Angleterre moderne entreprise dans ses livres précédents et donne sa vision au scalpel du Londres brutal et fascinant d’aujourd’hui, «entre paillettes et galères». Son cœur, comme toujours, penche pour les chiens perdus, mais le portrait qu’elle trace de Cassandra, cette femme trop riche à l’hiver de sa vie, est vibrant d’empathie. Pur plaisir. Pur Posy.

Biographie de l’auteur :

Dessinatrice vedette du Guardian depuis 1977, Posy Simmonds accède à la notoriété internationale en 2000 avec la publication de son premier roman graphique, Gemma Bovery, triomphe confirmé en 2008 par Tamara Drewe, puis par Cassandra Drake, best-seller au Royaume-Uni depuis sa parution en novembre 2018. Elle vit à Londres.

Notre avis :

Quel roman graphique épatant. Le style élégant, le dessin inimitable de l’auteure et son souci du détail sont au rendez-vous. 

J’ ai été ravie de lire le nouvel ouvrage de Posy Simmonds ! Des superbes graphismes et des conversations pleines d’esprit, cette bande-dessinée est une exquise lecture et une convaincante reprise de «Un chant de Noël» roman victorien de Charles Dickens.

Cassandra a vendu des reproductions en les faisant passer pour des pièces uniques dans son ancienne galerie d’art très chic et vient d’être reconnue coupable par un tribunal. Elle est loin d’être sympathique, une femme âgée grincheuse et malveillante mais, tout comme Scrooge, elle deviendra une véritable héroïne et une bienfaitrice. Les personnages sont vraiment bien conçus avec abondance de détails concernants leur vies, à mon avis, celle-ci est une très bonne lecture pour se lancer dans l’univers de cette artiste ou continuer de découvrir son travail.

Le Londres moderne est de plus en plus semblable à Oliver Twist dit l’auteure et cette Œuvre apparaît également être une brillante satire de la situation actuelle du Royaume-Uni.

Un livre spirituel, acerbe, triste et poignant.

❤️❤️❤️❤️❤️

Denoël 

En VO
Posy Simmonds
Extrait Cassandra Darke
À lire aussi !
Gemma Bovery
Le film
Tamara Drewe
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *