Les victorieuses

Mot de l’éditeur 

À 40 ans, Solène a tout sacrifié à sa carrière d’avocate  : ses rêves, ses amis, ses amours. Un jour, elle craque, s’effondre. C’est la dépression, le burn-out. 

Pour l’aider à reprendre pied, son médecin lui conseille de se tourner vers le bénévolat. Peu convaincue, Solène tombe sur une petite annonce qui éveille sa curiosité  : «   cherche volontaire pour mission d’écrivain public  ». Elle décide d’y répondre. 

Envoyée dans un foyer pour femmes en difficulté, elle ne tarde pas à déchanter. Dans le vaste Palais de la Femme, elle a du mal à trouver ses marques. Les résidentes se montrent distantes, méfiantes, insaisissables. A la faveur d’une tasse de thé, d’une lettre à la Reine Elizabeth ou d’un cours de zumba, Solène découvre des personnalités singulières, venues du monde entier. Auprès de Binta, Sumeya, Cynthia, Iris, Salma, Viviane, La Renée et les autres, elle va peu à peu gagner sa place, et se révéler étonnamment vivante. Elle va aussi comprendre le sens de sa vocation : l’écriture. 

Près d’un siècle plus tôt, Blanche Peyron a un combat. Cheffe de l’Armée du Salut en France, elle rêve d’offrir un toit à toutes les exclues de la société. Elle se lance dans un projet fou  : leur construire un Palais. 

Le Palais de la Femme existe. Laetitia Colombani nous invite à y entrer pour découvrir ses habitantes, leurs drames et leur misère, mais aussi leurs passions, leur puissance de vie, leur générosité.

Biographie de l’auteure :

Cinéaste, scénariste, comédienne et romancière, Laetitia Colombani est l’auteur de La Tresse, vendus à près d’un million d’exemplaires en France et traduit dans 35 langues. Egalement décliné en album pour enfants, le roman est en cours d’adaptation pour le grand écran.

Notre avis :

Après avoir lu et apprécié La Tresse, je découvre le nouveau roman de Laetitia Colombani.

Pour Solène, personage principal de ce récit,  avec une vie d’avocate bien rangée, un drame qui se déroule devant ses yeux au Palais de Justice la conduit à s’écrouler psychologiquement et, pour se reconstruire, elle passera par milles états d’âme et sera touchée par un autre Palais : Le Palais de la Femme.

Une démarche de bénévole pour redécouvrir l’écriture et apprendre à se connaître.

La partie du texte dédiée à l’histoire du couple Peyron et en particulier Blanche, fondatrice de ce Palais en 1926, qui a lutté toute sa vie contre la misère, est particulièrement intéressante et donne envie d’approfondir le sujet.

L’auteure montre plusieurs regards sur la précarité qui invitent à réfléchir sur le sens de l’engagement personnel et collectif.

Cette lecture faite en commun avec d’autres passionnées de livres a suscité des réactions différentes sur le fond est sur la forme.

La richesse des diversités.

❤️❤️❤️❤️

Grasset

Laetitia Colombani
Le livre
Extrait
Nouveau Palais de Justice Paris
Palais de la Femme
À lire aussi
À lire sur le thème de l’ écrivain public
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *