Lautrec

Sortie le 09/10/2019

Mot de l’éditeur :

Lautrec, c’est la légende de Montmartre, le peintre du Moulin-Rouge, du Mirliton, celui qui immortalise Bruant, la Goulue, Jane Avril. Mais c’est aussi un petit homme foutraque, issu d’une famille de la haute noblesse de province, atteint d’une maladie génétique qui fragilise ses os et interrompt sa croissance. Fasciné par les cabarets, les bals, les bistrots, les théâtres et les prostituées, il peindra des hommes et des femmes toute sa vie, négligeant le paysage et la nature morte. Alcoolique, rongé par la syphilis, il meurt à trente-six ans en laissant une œuvre foisonnante et inclassable.

En mettant en scène l’obsession de Henri de Toulouse-Lautrec pour la peinture, celle qui montre les êtres humains dans ce qu’ils ont de plus brut et de plus vivant, Matthieu Mégevand s’éloigne des représentations habituelles pour dresser le portrait de l’artiste en voyant et de l’homme en possédé.

Biographie de l’auteur :

Matthieu Mégevand est éditeur et écrivain. Il est l’auteur d’un recueil de nouvelles (Jardin secret, l’Age d’Homme, 2007), un roman (Les deux aveugles de Jéricho, l’Age d’Homme, 2011). En 2013, il publie Ce qu’il reste des mots aux éditions Fayard, une réflexion littéraire et philosophique sur le drame de Sierre. 

La Bonne vie chez Flammarion en 2018, ouvrage qui met en scène la vie de Roger Gilbert-Lecomte.

Depuis 2015, il dirige la maison d’édition Labor et Fides.

Lautrec :

Henri-Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa, naît le 24 novembre 1864 à Albi, d’une famille royaliste issue de la plus ancienne noblesse provinciale. Sa mère, Adèle Tapié de Céleyran, a épousé son cousin germain Alphonse, comte de Toulouse-Lautrec, brillant cavalier, passionné, comme toute sa lignée, de chasse et de chevaux.

Henri grandit dans un climat de tendresse partageant sa vie entre le château du Bosc, situé au Nord d’Albi dans le Rouergue et le château de Céleyran, près de Narbonne.

L’année 1878 est marquée par un accident qui se déroule dans le salon de sa maison natale : Henri se lève d’une chaise basse, glisse et se casse le fémur gauche ; puis un an après, il se fracture l’autre jambe à la suite d’une chute banale. Lautrec souffre d’une maladie osseuse d’origine congénitale probablement due au mariage consanguin de ses parents. Elle orientera définitivement la destinée du jeune homme. Immobilisé de longs mois, il occupe en effet ses journées en dessinant, puis en peignant, développant un goût largement répandu dans son entourage, et un don qu’il avait manifesté très jeune, jusqu’à en faire une vocation.

A partir de 1882, Lautrec complète sa formation dans les ateliers académiques de Léon Bonnat, puis de Fernand Cormon, situés à Montmartre. Son immersion dans la vie de la Butte achève sa mutation : confronté à tous les mouvements artistiques qu’il découvre aux cimaises parisiennes, il s’engage dans la modernité, et devient acteur autant que témoin d’une bohème montmartroise qui lui fournit son inspiration.

Portraitiste de génie, il immortalise les stars, d’Aristide Bruant à Jane Avril, d’Yvette Guilbert à la Loïe Füller. Familier des maisons closes, il s’attache à la simple réalité quotidienne des prostituées. Le théâtre, la Comédie-Française, le vaudeville ou les scènes d’avant-garde pour lesquelles il conçoit programmes et décors, alimentent son goût insatiable pour la comédie humaine. Novateur dans de multiples domaines, il révolutionne l’illustration et les arts appliqués.

Les trente et une affiches qu’il conçoit de 1891 à 1900  s’imposent par leur force et leur magistrale simplification de l’image, et font de lui un précurseur de l’affiche du 20ème siècle. Sa production lithographique comprend également 361 estampes mettant en évidence la virtuosité de son trait, expressif et élégant.

Dévorée par sa quête passionnée, Lautrec mène sa vie au rythme de sa création. Son travail acharné, mais aussi les plaisirs et l’abus d’alcool altèrent peu à peu sa santé. Il s’éteint, au domaine de Malromé, propriété de sa mère en Gironde, le 9 septembre 1901.

Notre avis :

Matthieu Mégevand écrit un ouvrage remarquable dédié à Lautrec. deuxième volet de celle qui est annoncée comme une trilogie romanesque sur des artistes consumés par leur art, des comètes dont la vie et l’œuvre sont entremêlées. Le premier livre était consacré au poète Roger Gilbert-Lecomte.

Fiction et documents réels nous font vivre l’histoire bien singulière d’un peintre et illustrateur exceptionnel.

Les situations et dialogues imaginés par l’auteur sont riches et aboutis.

L’ouverture du Moulin Rouge, les affiches dans tout Montmartre, la relation avec d’autres artistes on s’imagine dans la nuit parisienne, dans le quotidien de la Butte.

Très forte en émotion également la descente aux Enfers de l’homme, le rapport avec son physique difficile qui fait dégénérer son mental.

La relation avec sa mère et l’argent de sa famille ne suffiront pas à tuer le “serpent” qui dévore l’artiste et à le sauver de ses excès.

Le livre sera publié le 9 octobre 2019 jour de l’ouverture d’une importante et magnifique exposition sur le peintre au Grand Palais.

Si elle devait être jouée près de chez vous je vous recommande la pièce originale créée par Maurice Lamy à partir de recherches et d’un long travail autour de l’œuvre de Lautrec et qui évoque les dernières années de sa vie.

Un livre, coup de cœur de la rentrée littéraire, une lecture à ne pas manquer.

❤️❤️❤️❤️❤️

Flammarion 

Matthieu Mégevand
Toulouse Lautrec
Extrait
À lire aussi
L’expo
Inspirations
Une pièce de théâtre magnifique
Dada pour préparer l’exposition avec les enfants
Dada pour préparer l’exposition avec les enfants
Dada pour préparer l’exposition avec les enfants
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *