À crier dans les ruines

Mot de l’éditeur :

Tchernobyl, 1986. Lena et Ivan sont deux adolescents qui s’aiment. Ils vivent dans un pays merveilleux, entre une modernité triomphante et une nature bienveillante. C’est alors qu’un incendie, dans la centrale nucléaire, bouleverse leur destin. Les deux amoureux sont sépares. Lena part avec sa famille en France, convaincue qu’Ivan est mort. Ivan, de son côté, ne peut s’éloigner de la zone, de sa terre qui, même sacrifiée, reste le pays de ses ancêtres. Il attend le retour de sa bien-aimée. Lena grandit dans un pays qui n’est pas le sien. Elle s’efforce d’oublier. Un jour, tout ce qui est enfoui remonte, revient, et elle part retrouver ce qu’elle a quitté vingt ans plus tôt.

Biographie de l’auteur :

Alexandra Koszelyk est née en 1976. Elle enseigne, en collège, le français, le latin et le grec ancien.

Notre avis :

Alexandra Koszelyk nous plonge, avec son  splendide roman dans la mémoire collective d’une des plus grandes catastrophes de la fin du XX siècle, l’explosion du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

La tragédie est vue avec les yeux de Léna et d’Ivan qui ont 13 ans au moment de l’incendie, ils sont depuis leur enfance des êtres inséparables et l’éloignement imprévisible et soudain provoque une souffrance extraordinaire à la hauteur de leur lien exceptionnel.

Elle part vivre en France, lui reste et tente comme la nature de se reconstruire pas après pas en espérant revoir un jour son amour.

Léna, convaincue de la mort d’Ivan, tente de refaire sa vie en Normandie et à Paris, comme ses parents lui demandent. Elle a besoin des livres, de la littérature, de l’histoire et des mythes, c’est un bonheur de suivre les citations et les choix avisés de l’autrice pour accompagner la jeune fille et la jeune femme dans son évolution.

Les coquelicots de la belle couverture de cet ouvrage se retrouvent aussi dans le récit, j’espère que vous aimerez ce beau symbole et les autres qui parsèment le roman et que l’autrice utilise avec subtilité.

Le cycle de la vie continue et 20 ans après  la tragédie Léna retrouvera sa ville natale, Pripiat, aujourd’hui destination touristique qui rappelle quelques part Pompei.

Elle retrouve aussi son Ivan et le chemin interrompu peut recommencer.

En juin 2019 la série Chernobyl a allumé, ( tout comme le nouveau sarcophage du réacteur 4 terminé en 2018 ) les projecteurs sur une page d’histoire de l’Ukraine, de l’ancienne URSS et de l’humanité.

Chernobyl est devenue la série la mieux notée de l’histoire de la fiction pour la télé. Elle transporte le spectateur au cœur de l’accident avec un réalisme impressionnant et des questionnements sur les agissements des autorités de l’époque que nous retrouverons aussi dans le livre.

Émouvant et fort, le texte d’Alexandra Koszelyk est de ceux que nous avons envie de relire pour saisir un détail qui nous aurait échappé et pour retrouver les passages captivants et bouleversants qui nous ont transportés au fil des pages.

Un livre à lire, à savourer et à méditer !

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Aux Forges de Vulcain

Merci à l’éditeur pour cette belle lecture

Alexandra Koszelyk
Le livre
Extrait
Tchernobyl
Tchernobyl
Tchernobyl
Pripiat
Pompei
Coquelicots ( Monet )
La série

POÈME À CRIER DANS LES RUINES, PAR LOUIS ARAGON.

Tous deux crachons tous deux

Sur ce que nous avons aimé

Sur ce que nous avons aimé tous deux

Si tu veux car ceci tous deux

Est bien un air de valse et j’imagine

Ce qui passe entre nous de sombre et d’inégalable

Comme un dialogue de miroirs abandonnés

A la consigne quelque part Foligno peut-être

Ou l’Auvergne la Bourboule

Certains noms sont chargés d’un tonnerre lointain

Veux-tu crachons tous deux sur ces pays immenses

Où se promènent de petites automobiles de louage

Veux-tu car il faut que quelque chose encore

Quelque chose

Nous réunisse veux-tu crachons

Tous deux c’est une valse

Une espèce de sanglot commode

Crachons crachons de petites automobiles

Crachons c’est la consigne

Une valse de miroirs

Un dialogue nulle part

Écoute ces pays immenses où le vent

Pleure sur ce que nous avons aimé

L’un d’eux est un cheval qui s’accoude à la terre

L’autre un mort agitant un linge l’autre

La trace de tes pas Je me souviens d’un village désert

A l’épaule d’une montagne brûlée

Je me souviens de ton épaule

Je me souviens de ton coude

Je me souviens de ton linge

Je me souviens de tes pas

Je me souviens d’une ville où il n’y a pas de cheval

Je me souviens de ton regard qui a brûlé

Mon cœur désert un mort Mazeppa qu’un cheval

Emporte devant moi comme ce jour dans la montagne

L’ivresse précipitait ma course à travers les chênes martyrs

Qui saignaient prophétiquement tandis

Que le jour faiblissait sur des camions bleus

Je me souviens de tant de choses

De tant de soirs

De tant de chambres

De tant de marches

De tant de colères

De tant de haltes dans des lieux nuls

Où s’éveillait pourtant l’esprit du mystère pareil

Au cri d’un enfant aveugle dans une gare-frontière

Je me souviens

Je parle donc au passé Que l’on rie

Si le cœur vous en dit du son de mes paroles

Aima Fut Vint Caressa

Attendit Épia les escaliers qui craquèrent

0 violences violences je suis un homme hanté

Attendit attendit puits profonds

J’ai cru mourir d’attendre

Le silence taillait des crayons dans la rue

Ce taxi qui toussait s’en va crever ailleurs

Attendit attendit les voix étouffées

Devant la porte le langage des portes

Hoquet des maisons attendit

Les objets familiers prenaient à tour de rôle

Attendit l’aspect fantomatique Attendit

Des forçats évadés Attendit

Attendit Nom de Dieu

D’un bagne de lueurs et soudain

Non Stupide Non

Idiot

La chaussure a foulé la laine du tapis

Je rentre à peine

Aima aima aima mais tu ne peux pas savoir combien

Aima c’est au passé

Aima aima aima aima aima

0 violences

Ils en ont de bonnes ceux

Qui parlent de l’amour comme d’une histoire de cousine

Ah merde pour tout ce faux-semblant

Sais-tu quand cela devient vraiment une histoire

L’amour

Sais-tu

Quand toute respiration tourne à la tragédie

Quand les couleurs du jour sont ce que les fait un rire

Un air une ombre d’ombre un nom jeté

Que tout brûle et qu’on sait au fond

Que tout brûle

Et qu’on dit Que tout brûle

Et le ciel a le goût du sable dispersé

L’amour salauds l’amour pour vous

C’est d’arriver à coucher ensemble

D’arriver

Et après Ha ha tout l’amour est dans ce

Et après

Nous arrivons à parler de ce que c’est que de

Coucher ensemble pendant des années

Entendez-vous

Pendant des années

Pareilles à des voiles marines qui tombent

Sur le pont d’un navire chargé de pestiférés

Dans un film que j’ai vu récemment

Une à une

La rose blanche meurt comme la rose rouge

Qu’est-ce donc qui m’émeut à un pareil point

Dans ces derniers mots

Le mot dernier peut-être mot en qui

Tout est atroce atrocement irréparable

Et déchirant Mot panthère Mot électrique

Chaise

Le dernier mot d’amour imaginez-vous ça

Et le dernier baiser et la dernière

Nonchalance

Et le dernier sommeil Tiens c’est drôle

Je pensais simplement à la dernière nuit

Ah tout prend ce sens abominable

Je voulais dire les derniers instants

Les derniers adieux le dernier soupir

Le dernier regard

L’horreur l’horreur l’horreur

Pendant des années l’horreur

Crachons veux-tu bien

Sur ce que nous avons aimé ensemble

Crachons sur l’amour

Sur nos lits défaits

Sur notre silence et sur les mots balbutiés

Sur les étoiles fussent-elles

Tes yeux

Sur le soleil fût-il

Tes dents

Sur l’éternité fût-elle

Ta bouche

Et sur notre amour

Fût-il

Ton amour

Crachons veux-tu bien

Extrait de La grande gaieté (1929).

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *