Un Jardin de sable

Mot de l’éditeur :

Intemporel cri de rage des laissés-pour-compte et des âmes médiocres, Un Jardin de sable les embrasse dans le triomphe de l’impur. Jacky, né au Kansas à l’aube de la Grande Dépression, porte le désespoir et la misère comme une seconde peau, il se nourrit d’un monde où prévalent la ­brutalité et le mépris.

Un Jardin de sable est une œuvre puissante et sombre, un classique peuplée d’êtres acariâtres, de ­gamins aux mentons croûtés, de truands, de putes et de brutes – les ongles y sont sales, la peau, couverte de bleus, et les draps comme les âmes sont souillés au-delà de toute ­rédemption. Pourtant c’est une œuvre belle de douleur et de foi en l’avenir. C’est Steinbeck et Fante. c’est ­Bukowski et Zola. C’est de la dynamite et de la poésie. C’est la vie. Brutale, nauséabonde et magnifique.

Biographie de l’auteur :

Earl Thompson naît en 1931 dans une ferme du Kansas où il est élevé par ses grands-parents. Ayant menti sur son âge, il sert dans la marine durant la Seconde Guerre mondiale, puis dans l’armée pendant le conflit coréen. Après sa démobilisation, il suit des cours de journalisme à l’université du Missouri. Plus tard, installé à Brooklyn, il entame l’écriture de son premier roman, Un Jardin de sable (1970). Alors qu’il passe ses journées à coucher sur papier la vie du jeune Jack Andersen, Earl Thompson est loin d’imaginer l’écho que trouvera son premier ouvrage. Dès sa ­sortie, le roman fait scandale. Son style possède la puissance et la brutalité d’un Bukowski, la description de ses personnages dévorés vaut celle d’un Caldwell. Sélectionné pour le National Book Award, le livre devient un best-seller et s’inscrit parmi les grandes œuvres de la littérature américaine. Entre la Californie et ­l’Europe, il écrit trois autres romans dont deux complètent la vie de Jack Andersen, Tattoo et The Devil to Pay. Earl Thompson meurt en 1978, à l’âge de 47 ans, d’une rupture d’anévrisme.

Notre avis :

Earl Thompson est un écrivain américain relativement inconnu de nos jours ce qui est dommage, car il a écrit une poignée de livres avant sa mort prématurée, qui mériteraient plus de reconnaissance.

Ce premier opus a été très bien accueilli par les critiques littéraires de l’époque et a été nominé pour le National Book Award.

La traduction française est excellente.

Un jardin de sable est une histoire semi-autobiographique se déroulant dans les années désespérées et bouleversantes de la Grande Dépression.

Un garçon se retrouve avec ses grands-parents dans le Kansas rural, jusqu’à ce que il soit récupéré par sa jeune mère.

Ce road-book est chaotique, dur, violent, incestueux vous fait sentir mal à l’aise mais il est vibrant et prenant du début à la fin.

Il y a le sexe, oui, mais aussi une critique de la dégradation des conditions de vie et de la pauvreté grandissante.

Les espoirs et les rêves des gens sans privilèges sont magistralement décrits.

Dérangeant mais magnifique. Les histoires de Jack et Wilma nous emmènent vers l’inconnu.

Livre pour un public adulte.

❤️❤️❤️❤️❤️

Monsieur Toussaint Louverture

Earl Thompson
le livre
Extrait préface
Extrait
Kansas
Extrait
Extrait
Édition de 1971
Grande dépression

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *