Sur les traces de nos peurs

Préface de François Hartog

Plongée dans les mentalités du Moyen Âge et les peurs de nos ancêtres, au premier chef desquelles : les épidémies.

C’est une plongée dans les peurs du Moyen Âge, en écho à nos peurs contemporaines, qu’offre cet entretien avec le grand médiéviste Georges Duby. Angoissés par leur survie, menacés par les épidémies et familiers de la mort, nos ancêtres, violents mais solidaires, ne connaissaient pas la solitude qui accompagne la misère d’aujourd’hui.

Délivrés à l’aube du troisième millénaire, le récit et l’analyse de Duby demeurent d’une étonnante actualité et nous frappent autant par les différences que les concordances avec les mentalités médiévales au travers de cinq grandes peurs : de la misère, de l’autre, de la violence, de l’au-delà, et bien sûr, peur des  épidémies.

« Explorer les mentalités d’hier permet d’affronter plus lucides les dangers d’aujourd’hui » : le message de l’historien fait de cet ouvrage un précieux viatique.

*première édition en 1995 sous forme illustrée avec le titre An 1000, an 2000, sur les traces de nos peurs, Textuel

François Hartog, né en 1946, est historien. Il occupe la chaire d’historiographie ancienne et moderne à l’EHESS. Il est notamment l’auteur de Croire en l’histoire (Flammarion, 2015) et de Chronos, l’Occident aux prises avec le temps (Gallimard, septembre 2020).

Biographie de l’auteur :

Georges Duby (Paris, 1919 – Aix-en-Provence, 1996), professeur au Collège de France, membre de l’Académie française, fut de ceux à qui le renouvellement des études médiévales doit le plus. S’intéressant tour à tour aux réalités économiques, aux structures sociales et aux systèmes de représentations, il fut notamment l’auteur de Guerriers et paysans, Les trois ordres ou L’imaginaire du féodalisme, Le chevalier, la femme et le prêtre, Guillaume le Maréchal, Le temps des cathédrales, Saint Bernard – L’art cistercien, Dames du XIIᵉ siècle.

Notre avis :

Les éditions Textuel publient une nouvelle édition de ces précieux récits, avec la très pertinente préface de François Hartog.

Georges Duby est toujours un régal à lire loin des conventions, il est un divulgateur sans pairs.

Si vous connaissez et aimez l’historien, ce qui est mon cas, vous pourriez ne pas connaître cet ouvrage, si le médiéviste vous est étranger, ce livre peut être une excellente entrée en matière.

Les concepts abordés pour décrire les peurs de l’An 1000 et celles de l’an 2000 sont tout à fait actuels.

Le lecteur se passionnera pour la vivacité et l’acuité du témoignage fourni.

Mention spéciale, à mon avis, à la description du rôle de Saint François d’Assise et de sa congrégation et au paragraphe sur Le Décaméron de Boccace qui nous conte l’isolement de dix jeunes hors Florence lors de La Grande Peste. Duby fait un parallèle avec les Sida et autres fléaux modernes mais, en cette année 2020, une pensée au confinement est inévitable.

Ces entretiens avec Georges Duby éclairent sur notre passé et sur les fondements de notre évolution sociale dans un present où l’immédiateté domine cette réflexion est nécessaire.

« Sur les traces de nos peurs » est une oeuvre très intéressante, une étude des mentalités offrant un grand plaisir de lecture.

À recommander !

❤️❤️❤️❤️❤️

Textuel 

Georges Duby
Extrait
Représentation de Saint François d’Assise
Extrait
Paris Médiéval
Extrait
Le Décaméron
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *