Ida n’existe pas

Date de sortie 20/08/2020

Mot de l’éditeur :

Une plongée dans la psychologie trouble d’une mère prête à commettre l’irréparable.

« Elle dort. Je ne peux m’empêcher de la regarder dormir. Elle dort si profondément qu’elle ressemble à une morte. Je pose mes mains sur son petit torse, il se bombe sous la pression. Sa respiration est à peine perceptible. »

Une femme s’apprête à faire un voyage. Elle n’a pas besoin de bagage, elle ne part que pour une nuit. Une seule chose l’obsède : emmener Ida, sa fille de 15 mois, à la mer. C’est nécessaire, vital presque. Ida n’existe pas, Ida n’a jamais existé. Des voix ne cessent de le lui répéter. Pourtant, elle l’a porté ce bébé, serré contre elle, changé, nourri au sein. Elle l’aime d’un amour animal. Un amour comme ça, on n’y est pas préparé. C’est trop puissant un amour comme ça.

Ida n’existe pas est une plongée dans la psychologie trouble d’une mère prête à commettre l’irréparable, mais aussi l’histoire d’un corps féminin qui cherche à se libérer de ses démons, d’une féminité complexe en quête d’apaisement. Le roman est librement adapté d’un fait divers macabre : en 2013, un pêcheur de crevettes découvre une enfant de 15 mois morte sur une plage de Berck-sur-Mer. Elle y avait été déposée et abandonnée par sa mère au moment où la marée montait.

Biographie de l’auteur :

Adeline Fleury a été reporter pour le Journal du Dimanche et cheffe du service culture du Parisien Week-end. Ida n’existe pas est son sixième livre. Elle est notamment l’auteure, aux Éditions François Bourin, du roman Je, tu, elle (2018) et du Petit éloge de la jouissance féminine (2015).

Notre avis :

« L’image peut remplacer une description » écrivait Ludwig Wittgenstein, dans le roman écrit par Adeline Fleury « Ida n’existe pas » chaque description a imprimé en moi une image.

Page après page j’ai suivi le fil subtil et fragile de l’existence d’une fille puis d’une femme brisée dans son Gabon natal et perdue dans la recherche d’une vie qu’elle aurait pu avoir.

Poignant récit inspiré par un terrible fait divers : Adélaïde, 15 mois, est retrouvée morte par des pêcheurs de crevettes le 20 novembre 2013,

La qualité littéraire de ce texte est certaine. Nous arrivons à ressentir les tourments du personnage principal, la souffrance qui se dévoile avec une force exceptionnelle mais aussi l’horreur que provoque l’idée qu’une maman puisse assassiner son enfant.

La protagoniste est une fille déférente trop douée est sensible, elle est entrée dans une réalité parallèle sans lumière, sans espoir. Les hommes l’utilisent, la jugent la jettent, les femmes la rejettent. Ida, sa petite fille devient l’être adoré et détesté.

Comment apprendre à aimer quand le sens de ce mot nous est inconnu ?

La protagoniste se réfugie dans une vie qu’elle invente mais l’arrivée d’Ida chamboule tout, un lien est bien là mais c’est trop difficile de bâtir quand tout nous démoli, la tragédie s’accomplira. Les demons de son esprit qui la poussent à suivre le chemin vers la mer et la direction de la mort pour Ida gagneront et la petite cessera de d’exister.

Une fois ce roman, d’une puissance d’évocation hors du commun, terminé, il ne reste plus qu’à le relire pour mieux en saisir la portée.

Un livre à ne pas rater, il sortira le 20 août 2020 et je le place dans les coups de cœur de la rentrée littéraire.

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Éditions François Bourin

« Ida n’existe pas » d’Adeline FLEURY (par l’autrice et l’éditrice)
Adeline Fleury
Extrait
Libreville Gabon
Université Paris 8
Ludwig Wittgenstein

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *