Les Jours aimés

Mot de l’éditeur :

« Ma grand-mère a aujourd’hui quatre-vingt-quatorze ans. Chacune de nos conversations est rythmée par la même lassitude, et l’ombre de la mort. » La petite fille qui s’était promis de ne jamais abandonner sa grand-mère s’aperçoit qu’il est difficile de tenir ses promesses. Alors qu’elle vit en Afrique, loin d’Angers, loin de sa famille, la narratrice revient quelques jours sur les lieux de son enfance afin de signifier à sa grand-mère qui l’a élevée tout son amour et sa gratitude. Ce séjour est l’occasion de replonger dans l’histoire familiale, tout en dessinant le portrait d’une femme hors norme, libre, féministe et moderne.

Dans son premier roman, Anne Sophie Faivre Le Cadre ravive, avec délicatesse et mélancolie, l’histoire d’une famille qui connaît de grandes joies et des périodes de profonds malheurs, touchant ainsi à l’universel. Un hymne vibrant à l’amour filial et à la vie

Biographie de l’auteur :

Anne-Sophie Faivre Le Cadre a 26 ans. Après des études de sciences politiques, d’histoire et de journalisme, elle s’est tournée vers le grand reportage et a couvert en solitaire l’Iran, l’Irak et Haïti, avant de travailler au Monde. Elle couvre désormais l’actualité de la région Afrique de l’Ouest pour l’AFP et vit à Dakar, où elle partage son temps entre journalisme et écriture.

Notre avis :

Un livre captivant, très agréable à lire.

La complicité avec sa grand-mère, les relations simplement compliquées qui se tissent au sein d’une famille sont les éléments principaux de cette belle histoire.

Douleurs et joies présentées comme dans une série d’instantanés, de photos en noir et blanc ou en couleurs.

Dans ce roman on est toujours “mercredi après-midi” comme des enfants qui attendent le chapitre suivant en sachant qu’il sera encore mieux que le précédent.

On tourne les pages et les émotions s’entremêlent.

Des passages assez drôles et tellement vrais dans la vie d’un foyer vous feront sourire et apprécier encore plus ce récit.

Si notre existence était éternelle, elle n’aurait pas la même dimension. Ce qui est intéressant, ce n’est pas la fin, mais tout le chemin avec son lot d’épreuves et ses moments de bonheur. La mémoire est le carnet de bord de notre vie et les souvenirs seront avec nous même après la perte des êtres chers.

Anne-Sophie Faivre Le Cadre pour ce premier roman, que nous imaginons inspiré par sa propre vie, nous livre une magnifique fresque avec beaucoup de finesse dans la description des émotions.

Lisez ce roman et découvrez le style remarquable de l’autrice.

❤️❤️❤️❤️❤️

Éditions Anne Carrière

Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Extrait
Extrait
Anger
Portrait de Georges Sand
Maison de Georges Sand
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *