Requiem pour une apache

Mot de l’éditeur :

Jolene n’est pas la plus belle, pas la plus fine non plus. Et pas forcément la plus sympa. Mais lorsqu’elle arrive dans cet hôtel, elle est bien accueillie. Un hôtel ? Plutôt une pension qui aurait ouvert ses portes aux rebuts de la société : un couple d’anciens taulards qui n’a de cesse de ruminer ses exploits, un ancien catcheur qui n’a plus toute sa tête, une jeune homme simplet, une VRP qui pense que les encyclopédies sauveront le monde et un chanteur qui a glissé sur la voie savonneuse de la ringardisation. 

Ce petit monde vivait des jours tranquilles jusqu’à ce que Jolene arrive. En quelques mois à peine, l’hôtel devient le centre de l’attention et le quartier général d’une révolte poétique, à l’issue incertaine. 

Biographie de l’auteur :

Gilles Marchand est né en 1976 a Bordeaux. Son premier roman, Une bouche sans personne (2016) est « talents a suivre » Cultura, prix libr’à nous 2017, coup de coeur des lycéens du prix Prince Pierre de Monaco 2017 et prix du meilleur roman francophone Points Seuil en 2018. Son deuxième roman, Un funambule sur le sable, en 2017, impose cet écrivain original, qui mêle réalisme magique et humanisme, comme un héritier de Boris Vian, Romain Gary et Georges Perec. En 2018, Des mirages plein les poches reçoit le prix du premier recueil de nouvelles de la Société des Gens de lettres.

Notre avis :

Gilles Marchand publie son quatrième livre chez Aux Forges de Vulcain et c’est encore plus délicat et magique que d’habitude !

Nous faisons connaissance avec les habitants d’une pension gérée par un dénommé Jésus humain, tellement humain.

Le propriétaire de cette auberge porte donc un nom évocateur et sa vocation à la solidarité est le ciment de cette histoire douce et profonde.

Les personnages clés sont Jolene fille d’un peintre de la Tour Eiffel, invisible, se laissant porter par la vie sans savoir comment s’insérer dans ce monde de brutes et Wild Elo musicien qui a eu un succès remarquable puis connu la critique et la fin de sa carrière.

Le narrateur principal est le chanteur mais dans ce livre chaque habitant de l’hôtel, chaque visiteur est un protagoniste essentiel à la construction de cette fresque humaniste et engagée.

La communauté se dessine avec les histoires des individus, la révolte s’alimente au fur et à mesure que la malveillance se manifeste.

Le fantastique se mêle au réel, l’histoire à la légende.

Pirandello a écrit une nouvelle « Le train a sifflé » qui raconte le changement d’attitude d’un comptable qui un soir, après avoir entendu le sifflement d’un train, qu’il n’avait jamais remarqué auparavant, se rebelle contre le harcèlement du chef de bureau et de sa propre famille.

Gilles Marchand utilise l’arrivée d’un « employé du gaz » pas très poli pour déclencher une série d’événements qui lui permettent, comme pour Pirandello de dénoncer une société des lieux communs qui écrase et exclu les présumés différents.

Jolene, fille transparente et moquée se transformera en caissière révolutionnaire

et meneuse de luttes et l’hôtel deviendra le quartier général d’une révolution poétique et fantasque.

Un récit plein d’humour superbement écrit.

❤️❤️❤️❤️❤️

Aux Forges de Vulcain

Gilles Marchand
Extrait
Extrait
Extrait
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *