Le Démon de la colline aux loups

Mot de l’éditeur :

Certains livres comme Sukkwan Island de David Vann, Le Jour des corneilles de Jean-François Beauchemin, L’Été des charognes de Simon Johannin, marquent durablement leurs lecteurs par leur écriture et ce qu’ils nous rappellent de la condition humaine. Premier roman qui ouvre l’année du Tripode, Le Démon de la Colline aux Loups est de ceux-là, un choc.

Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin. 

Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante que bienveillante, Le Démon de la Colline aux Loups raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d’amour et de passion, de moments de lumière… Il dit sa solitude, immense, la condition humaine. 

Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman. C’est surtout un flot ininterrompu d’images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire.

Biographie de l’auteur :

Dimitri Rouchon-Borie est né en 1977 à Nantes. Il est journaliste spécialisé dans la chronique judiciaire et le fait divers. Il est l’auteur de Au tribunal, chroniques judiciaires (Manufacture des livres, 2018). Le Démon de la Colline aux Loups est son premier roman.

Notre avis : 

“Et tenebræ eam non comprehenderunt”

Et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas comprise, ces mots extraits du Prologue de Saint Jean m’ont accompagnée dans cette lecture.

Le texte est une descente aux enfers progressive mais la lumière est toujours là même dans la plus profonde obscurité.

Duke découvre son nom en allant à l’école et nous apprenons avec lui les multiples facettes du mal, la douleur et l’inéluctable destin marqué par des événements atroces décrits avec intensité et une force incroyable par l’auteur.

Cette lecture s’offre à nous comme une déchirure dévoilante.

Le Démon de la colline aux loups est un récit qui transporte le lecteur dans la tête de l’enfant puis de l’homme, impossible de ne pas ressentir sa souffrance, son incompréhension, le manque de mots pour tout comprendre et sa façon animale de répondre à une société qui a vu une enfance brisée mais pas assez vite pour agir et pour sauver cet être qui veut protéger et de peur de porter en lui le Démon, le mal il finira par le servir.

J’aimerais que le docteur près de l’école, celui qui donne des sucettes, puisse avec son stéthoscope, lire et guérir les blessures de l’âme.

Dans sa dernière prison/Purgatoire l’écriture est cathartique pour Duke ce prisoner candide qui éveille sa conscience. Je peux presque voir la machine à écrire prêtée par le directeur.

Dimitri Rouchon-Borie pour ce premier roman frappe fort, le style d’écriture est beau et déconcertant à la fois avec un ponctuation réduite au minimum qui rend ce texte encore plus fulgurant.

Un grand coup de cœur pour ce livre immersif et violent.

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Le Tripode 

Dimitri Rouchon-Borie
Extrait
Extrait
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *