Résultats de recherche pour : tolkien à 20 ans

J.R.R. Tolkien à 20 ans : Prélude au Seigneur des Anneaux

Mot de l’éditeur :

Comment un respectable universitaire d’Oxford a-t-il pu devenir le plus grand auteur de fantasy ? La perte précoce de ses parents, les injustices subies par sa mère, son enfance dans les faubourgs viciés de Birmingham, la séparation forcée d’avec sa fiancée, Edith, et surtout l’expérience traumatisante de la guerre de 1914 ont forgé son caractère. Sa passion pour les mots et les langues, sa rencontre avec les grandes mythologies nordiques et sa foi religieuse inébranlable lui donneront la force d’accepter la mort et de la sublimer dans un récit d’un genre inédit, une nouvelle Genèse dont l’écriture commence pendant la Grande Guerre et qui donnera naissance des années plus tard au Seigneur des Anneaux.

Biographie de l’auteur :

Alexandre Sargos, journaliste et photographe, est l’auteur de plusieurs ouvrages, documentaires et grands reportages photographiques.

Notre avis :

Dans la belle collection «À 20 ans » des éditions Au diable vauvert vient de paraître « J.R.R. Tolkien à 20 ans : Prélude au Seigneur des Anneaux. »

Après les annonces de la publication de Tolkien en Pléiade et d’une grande exposition à la BNF,  le livre de Sargos peut être un excellent départ pour connaître les premiers pas de Tolkien.

Un ouvrage qui plaira aux amateurs et connaisseurs du père de Bilbo mais également à des éventuels néophytes ayant envie d’une « initiation » avant d’attaquer les livres du protagoniste de cet essai.

Écriture agréable, chapitres tous intéressants, le lecteur va rencontrer le jeune Tolkien, ses années difficiles, ses passions et ses inspirations.

J’ai aimé découvrir l’implication de la mère de Tolkien dans l’apprentissage des langues et de l’étymologie à son fils.

Tout à fait fascinante la description de la rencontre du « futur écrivain » avec l’œuvre de l’éclectique et géniale William Morris.

Nous découvrons ou redécouvrons le Tolkien conservateur, écologiste contre le progrès industriel et les machines mais aussi le Tolkien qui s’insurge contre la barbarie et la violence de l’homme, il soutient les suffragettes et sait remettre à sa place dans ses lettres et conférences le petit et néfaste personage d’Hitler.

Un bon moment de lecture.

❤️❤️❤️❤️❤️

Au Diable vauvert 

L’exposition à venir à la BNF :

2019 sera incontestablement une belle année pour tous les fans du Seigneur des anneaux et du Hobbit. Et pour cause, la BNF, comprenez la Bibliothèque Nationale de France, consacrera en effet une immense exposition à l’œuvre de l’écrivain britannique J.R.R. Tolkien.

A découvrir dès le 21 octobre 2019 jusqu’au mois de janvier 2020, cette exposition, annoncée comme la plus grande rétrospective française dédiée à Tolkien, plongera les fans dans l’univers de cet immense génie.

En savoir plus sur :

https://www.sortiraparis.com/arts-culture/exposition/articles/181608-une-immense-expo-autour-de-j-r-r-tolkien-a-la-bnf-de-paris-a-l-automne-2019#AKq5HwSGP0gphgzt.99

Tapisserie de William Morris

La chanson d’Arbonne

Mot de l’éditeur :

Au pays d’Arbonne le soleil mûrit les vignes et fait éclore les chansons des troubadours qui célèbrent l’amour courtois. Au Gorhaut, terre austère du Nord où l’on adore le dieu mâle Corannos, règne le brutal Adémar, sous l’influence du primat fanatique du clergé. « Jusqu’à ce que meure le soleil et que tombent les lunes, l’Arbonne et le Gorhaut ne vivront pas en harmonie côte à côte. » Gouvernée par une femme, minée par la rivalité sanglante de ses deux seigneurs les plus puissants, l’Arbonne n’est-elle pas une proie tentante pour une guerre de conquête et de croisade du Gorhaut, d’autant―ignominie ! ―qu’on y vénère une déesse ? Mais c’est en Arbonne que Blaise du Gorhaut s’est engagé comme mercenaire au service d’un baronnet, après avoir fui son pays et son père. Il découvre en chemin les guerres et les intrigues d’un monde où les marionnettistes politiques parlent de l’avenir au présent, mais où l’amour, toujours, pèse plus fort que tout autre sentiment. Qui est-il vraiment, ce Blaise du Nord, et quel destin l’attend qu’il ignore lui-même ? Seule le sait peut-être Béatrice, la grande prêtresse aveugle de Rian au hibou sur l’épaule.

Biographie de l’éditeur :

Guy Gavriel Kay est né dans la province du Saskatchewan, au Canada, en 1954. Après des études de philosophie, il séjourne en Angleterre où il travaille avec Christopher Tolkien sur l’édition posthume du Silmarillion. De retour au Canada, il poursuit des études de droit à l’université de Toronto et devient avocat au barreau d’Ontario en 1981. Il publie en 1984 La Tapisserie de Fionavar, qui rencontre un succès immédiat. Suivent Tigane, La Chanson d’Arbonne, Les Lions d’Al-Rassan et La Mosaïque de Sarance, inspirés respectivement de l’Italie, de la Provence, de l’Espagne et de l’empire byzantin, romans où il exerce et peaufine son rapport si particulier à l’histoire médiévale pour faire naître une forme de fantasy dont il est le maître incontesté. Avant de se tourner dans les années 2000 vers la Chine, qui lui a inspiré Les Chevaux célestes et Le Fleuve céleste. G. G. Kay vit actuellement à Toronto.

Notre avis :

Je suis admirative. C’est le meilleur livre Fantasy que j’ai lu cette année.

Une chanson pour Arbonne est une représentation lyrique et poétique d’une année tumultueuse à Arbonne, alors que les peuples de cette terre matriarcale et cultivée sont épris de paix ses aristocratie, ses mercenaires, ses troubadours, ses prêtres et ses prêtresses doivent faire face à la menace d’invasion de leurs voisins du nord, nourris par la guerre et où règne le brutal Adémar.

Guy Gavriel Kay crée les protagonistes de l’histoire avec brio. Blaise par exemple, personnage clés, vous fera vivre des émotions certaines. Au début, Blaise paraît juste un nordiste sauvage, un mercenaire venu se mettre au service de l’Arbonne pour mieux contrer Adémar, mais son rôle va évoluer et le transformer, peu à peu, son regard change tout particulièrement grâce à la rencontre avec le duc Bertran de Talair, ménestrel et noble,  à la fois poète et conseiller de la cour de la duchesse Cygne de Barbentain.
Les personnage sont tous fascinants, même les méchants.

Inspiré de la culture troubadour qui a pris naissance en Provence pendant le Haut Moyen Âge, ce roman captivant et novateur dessine parfaitement bien une version alternative du monde médiéval. 

Le symbolisme est omniprésent. Symbolisme sexuel, d’abord, bien entendu, puisque tout le roman constitue une allégorie de la lutte des principes masculins (Gorhaut) et féminins (Arbonne). Mais aussi symbolisme des couleurs, en particulier du sombre et du clair, de l’ombre et de la lumière. Les rebondissements, au moment de l’épilogue, manquent pas ! 

Mon premier Guy Gavriel Kay et je n’ai pas été déçue. Je recommanderais ce livre à tous les amateurs d’épopées historiques et d’univers fictifs très bien construits. Sensible, tendre, touchant, ce récit offre une myriade de sensations. 

❤️❤️❤️❤️❤️

Atalante 

Guy Gavriel Kay
Troubadours
Troubadours
Autre livre de l’auteur.
Autre lIvre de l’auteur

Watership Down

Mot de l’éditeur :

C’est parfois dans les collines verdoyantes et idylliques que se terrent les plus terrifiantes menaces. C’est là aussi que va se dérouler cette vibrante épopée de courage, de loyauté et de survie. Menés par le valeureux Hazel, une poignée de braves choisit de fuir l’inéluctable destruction de leur foyer. Prémonitions, ruses, légendes vont aider ces héros face à mille ennemis et les guider jusqu’à leur terre promise, Watership Down. Mais l’aventure s’arrêtera-t-elle là ? 

Aimé par des millions de lecteurs, l’envoûtant roman de Richard Adams fait partie de ces odyssées sombres néanmoins parcourues d’espoir et de poésie. Vous sentirez le sang versé. Vous tremblerez face aux dangers. Vous craindrez la mort. Et plus que tout, vous ressentirez l’irrépressible désir de savoir ce qui va se passer.

Revue de presse :

«Quel chef-d’oeuvre ! Quelle cavalcade de péripéties ! Quelle épopée ! Rien de plus enlevé et moderne que ce conte-fleuve où il est question de dictature et de rébellion, de migration et de survie.» — Le Monde 

«Derrière la métaphore lapine, Adams dépeint l exode, l errance et la survie du peuple juif. Watership Down doit être lu à tout âge.» — L’Obs 

«A la fois épopée, roman d’initiation et conte de sagesse, il se lit, en ces temps de migrations, comme un texte très contemporain – et c’est un régal.» — La Quinzaine Littéraire 

«Un roman génial.» — L’Express 

«Sous les dehors d’une narration faussement classique, une vie nue bataille et résiste convulsivement.» — Le Magazine Littéraire 

«C’est beau, légendaire, cruel, actuel.» — Elle 

«Un roman haletant peuplé de héros inattendus, charismatiques et profonds.» — Sud-Ouest 

«Watership Down happe le lecteur dans un récit aussi ambitieux qu’impeccablement mené.» — Le Vif 

«L’un des plus grands classiques et best-sellers de tous les temps.» — BBC 

«Watership Down est tout ce que vous voulez et plus encore, un chef d’oeuvre enfin sorti du terrier de l’oubli.» —-Marianne

Biographie de l’auteur :

Richard Adams a vingt ans lorsqu’il est mobilisé pour la Seconde guerre Mondiale. Diplômé d’Oxford à son retour, il sera le bras droit du ministre de l’Agriculture jusqu’au spectaculaire succès de son premier roman, Watership Down, vendu à plus de 50 millions d’exemplaires. Désormais auteur d’une quinzaine d’ouvrages, admirateur de Kipling et Shakespeare, son style soigné, ses images poétiques et son talent pour le suspense font de lui l’un des écrivains britanniques les plus lus au monde.

Notre avis :

Watership Down est un roman fantastique, écrit en 1972, qui tire son origine des histoires racontées par Richard Adams à ses filles lors de longs trajets en voiture. 

Le language utilisé dans ce récit est recherché et adapté aussi à un public adulte.

Basé sur des lapins anthropomorphisés, qui évoluent dans une société élaborée. Un groupe de lapins quitte le labyrinthe quand l’un d’entre eux, Fiver, qui a une seconde vue, a des visions d’un désastre à venir. Ils ont diverses aventures tout au long de leur parcours vers une nouvelle terre promise.

Un classique dans les pays anglo-saxons peu connu en France.

Lire Watership Down est un plaisir, nous nous laissons emporter par chaque tournure de l’intrigue pour suivre une grande aventure (avec un peu de botanique, faune et géographe britanniques).

La création d’une culture, d’une langue et d’une véritable mythologie pour les lapins et autres créatures rivalise avec les chefs-d’œuvre de Tolkien. Hazel et ses amis sont tout autant courageux qu’Achille ou Énée. Peu importe la longueur de leurs oreilles.

Étonnant, et magnifique. Un vrai chef-d’oeuvre. Une histoire sublime.

Il y a comme un écho qui fait penser à notre actualité. On voyage de garenne en garenne,  à la recherche de la stabilité jusqu’à ce que chacun trouve sa place et apporte sa pierre à l’édifice commun.

Le livre a été récemment adapté en série animée par Netflix.

À lire absolument !

❤️❤️❤️❤️❤️

MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE EDITIONS

Le livre
Richard Adams
Extrait
Extrait
Les lapins
L’adaptation
L’adaptation

Uter Pandragon

Mot de l’éditeur :

Deux frères, Uter et Pandragon, s’affrontent pour reconquérir 

le trône de leur père.

Le roi Constant avait trois fils. L’un meurt, et les deux autres, Uter et Pandragon, vivent loin. En leur absence, Vortigern règne sur la Bretagne. Mais son pouvoir fatigue les barons – et les fils de Constant reviennent et tentent de reprendre le trône. Pandragon est un meneur d’hommes et croit en son bon droit. Uter est un aventurier, mû par la vengeance. Peu à peu s’enchaînent batailles et victoires, mais une ombre plane, celle de Merlin et d’une mystérieuse petite fille. Uter et Pandragon sont-ils maîtres d’eux-mêmes, ou les jouets de puissances obscures et merveilleuses ?

Ce premier roman est une réécriture ambitieuse et foisonnante des légendes du Graal. Servi par un style ample, riche et ciselé, cette œuvre ambitieuse et intelligente séduira les amateurs et amatrices d’aventures épiques et magiques.

Biographie de l’auteur :

Tomas Spok est né en 1987, à Montpellier. Puis, il a été emporté en Allemagne, avant même la chute du mur. Il a donc été (un peu) enfant en Allemagne, lisant en boucle des BD dans les rayons de supermarché, puis il a découvert Baudelaire, l’Iliade tout en continuant de lire Spiderman. À partir de dix-sept ans, il a été très occupé à être amoureux et à écrire des poèmes. Il est devenu adulte à Lyon, et vieillit à Paris. Il mourra en exil ou à Avalon. Encore aujourd’hui, il ne sait qui est le plus grand : Tolkien, Hugo ou Kirby.

Grand lecteur, il consigne ses impressions et réflexions de lecture sur son blog : www.thomasspok.fr

Notre avis :

Tout au long du Moyen Âge, la légende arthurienne s’inscrit dans l’imaginaire commun. Chrétiens de Troyes donne une véritable dimension littéraire au mythe et, au XIIIe siècle, Robert de Boron inscrit la légende arthurienne dans une voie plus christique autour du thème du Graal. 

Une quantité remarquable d’œuvres en lien direct ou inspirées par cette épopée nous accompagnent à notre époque. Livres, cinéma, télévision nous offrent des adaptations parfois brillantes, parfois décevantes.

Uter Pandragon est à classer dans le rang des récits lumineux qui émerveillent et font d’une lecture un moment qui sort de l’ordinaire.

Tomas Spok utilise un registre, un mode d’expression permettant de savourer notre belle langue française.

L’intrigue et les protagonistes nous font aimer son roman. Uter et Pandagon se battent contre l’usurpateur Vortigern pour récupérer la couronne de leur père.

L’auteur nous transporte à Constantinople pour une conversion (La Bretagne vaut bien une messe !) et dans le royaume de la magie avec Merlin et les personnages que nous sommes habitués à côtoyer dans les différentes versions des comptes sur le cycle du Graal : La dame du lac, la future Morgane mais également Mab la fée qui a inspiré Geoffrey Chaucer (que je chéris),  Shakespeare et Percy Shelley parmi d’autres.

Un livre surprenant pour l’originalité qu’il présente tout en évoluant dans un univers bien connu.

Tradition et imagination pour ce premier roman de Thomas Spock que je vous recommande.

Aux forges de Vulcain

❤️❤️❤️❤️❤️

Thomas Spok
Le livre
Extrait



Conseils de lecture :

Winter is coming

Parution 02/05/2019

Mot de l’éditeur : 

Une brève histoire politique de la fantasy

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thronesest désormais la série la plus célèbre au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine. 

G. R. R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J. R. R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E. Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Biographie de l’auteur:

William Blanc est historien. Il est notamment l’auteur de Super-Héros, une histoire politique(Libertalia, 2018) et Le Roi Arthur. Un mythe contemporain (Libertalia, 2016).

DU MÊME AUTEUR
AUX ÉDITIONS LIBERTALIA

Notre article sur :

Notre avis :

William Blanc et les éditions Libertalia nous ont habitués à des textes très bien documentés qui ouvrent la voie à une vision “politique” et à des interprétations pas ordinaires des légendes, ou des Super-héros et maintenant de la Fantasy.

Winter is coming se presente toutefois au lecteur dans un gabarit différent par rapport aux précédents ouvrages de l’auteur, il s’agit d’un court essai format poche, qui donne envie de dire, j’en veux plus je ne veux pas que le livre se termine !

Écriture fluide et prenante, une fois sur les traces de William Morris, de Tolkien et des autres écrivains que nous retrouvons dans les pages de cet essai l’envie prédominante est de ne pas s’arrêter, de suivre les pistes. L’œuvre de Blanc est de celles qui nous « forcent » à lire davantage sur le sujet grâce aussi aux riches indications « pour aller plus loin » fournies par l’historien. 

J’ai été ravie de découvrir et lire « Winter is coming », les parallèles avec notre société et l’actualité sont plus que pertinents. La description de l’inspiration que Tolkien tire de William Morris (incroyable et éclectique personnalité de l’époque victorienne : artiste, penseur politique, traducteur, écrivain et éditeur) est aussi due à l’idée d’une modernité qui n’est pas uniquement porteuse d’un avenir meilleur pour la planète et ses habitants.

Une lecture que je recommande, à partager avec les fans de Games of Thrones certes, mais également avec celles et ceux qui se questionnent et ont envie d’ouvrir leur vision sur la littérature et l’écologie. « Winter is coming » est bien une métaphore de la menace croissante du réchauffement climatique. Évoquée constamment par le amateurs et les  exégètes de l’auteur, cette explication a été confirmée par George R. R. Martin en 2018.

Vous l’aurez compris pour moi c’est encore un livre intelligent chez Libertalia qu’il faut lire !

❤️❤️❤️❤️❤️

Libertalia

William Blanc
Game of Thrones
George R. R. Martin
William Morris
William Morris artiste et créateur
Roman de William Morris
4ème de couverture
Texte politique
Un conseil de lecture !
Un conseil de lecture !
Une biographie du jeune Tolkien que je conseille aussi.