La saga des intellectuels français, 1944-1989

Mot de l’éditeur :

Nul n’était aussi bien armé que François Dosse pour relever le défi : une histoire panoramique et systématique de l’aventure historique et créatrice des intellectuels français, de la Libération au bicentenaire de la Révolution et à la chute du mur de Berlin. Son Histoire du structuralisme en deux volumes, son attention à la marche des idées, ses nombreuses biographies (de Michel de Certeau, Paul Ricoeur, Pierre Nora, Cornelius Castoriadis) lui ont donné, depuis vingt ou trente ans, une connaissance assez intime de la vie intellectuelle de la seconde moitié du XXe siècle pour lui permettre de couronner son oeuvre par une tentative de cette envergure. Le premier volume, 1944-1968, couvre les années Sartre et Beauvoir et leurs contestations, les rapports contrastés avec le communisme, le choc de 1956, la guerre d’Algérie, les débuts du tiers-mondisme, l’irruption du moment gaullien et sa contestation : un temps dominé par l’épreuve de l’histoire, l’influence du communisme et la progressive désillusion qui a suivi. Le second volume, 1968-1989, va de l’utopie gauchiste, de Soljenitsyne et du combat contre le totalitarisme, à la « nouvelle philosophie », l’avènement d’une conscience écologique, la désorientation des années 80 : un temps marqué par la crise de l’avenir et qui voit s’installer l’hégémonie des sciences humaines. Ce ne sont là que quelques-uns des points de repère de cette saga, qui embrasse une des périodes les plus effervescentes et créatrices de l’intelligentsia française, de Sartre à Lévi-Strauss, de Foucault à Lacan. Le sujet a déjà suscité une énorme bibliographie, mais une fresque de pareille ampleur est appelée à faire date.

Notre avis :

Ce livre nous parle d’un temps que les moins de 50 ans peuvent ne pas connaître: un temps où les politiques avaient des idées, et les idéologues de la foi.

Les 2 tomes se lisent comme un roman d’aventure, que dis-je de récit de guerre : « la chute » , « le deuxième sexe » , « Race et histoire », « l’anti-oedipe », « la barbarie à visage humain » sont autant de places-fortes attaquées et défendues par les lumières d’époques révolues.

De la Libération à la chute du mur de Berlin, ce livre raconte les grands et petits faits de la saga des intellectuels français.

C’est un régal pour l’esprit que de se laver la cervelle des tweets tristes du quotidien par les pamphlets, par les éditoriaux d’antan qui avaient autrement plus de style, de panache.

En racontant les contextes des créations des œuvres majeures de la seconde partie du 20e siècle, François Dosse nous offre la possibilité de les redécouvrir.

Evidement pour tous ceux qui n’ont pas fait de grandes études littéraires certains noms ne siègent qu’à la périphérie des mémoires, on les connait, on en a parfois lu quelques uns au lycée et surtout pas depuis, on en a quelques fois vu quelques interviews au dessus de l’assiette, mais cela s’arrête là.

Ce livre me fait rêver qu’il soit possible de réveiller notre soif de l’esprit, peut-être qu’un lecteur improbable découvrira au fil des pages un penseur, qu’il aura envie de s’approprier davantage et par là augmentera sa part d’humanité.

Pour cela M. l’auteur : Merci

❤️❤️❤️❤️❤️

Gallimard

Super-Héros : Une histoire politique de William Blanc.

Mot de l’éditeur :

Loin d’être un simple produit de divertissement, le genre super-héroïque a été pensé dès son origine comme un outil politique par des auteurs issus de milieux modestes. Captain America a ainsi été créé par deux auteurs juifs pour corriger Hitler dans des comics avant même que les États-Unis n’entrent en guerre alors que Wonder Woman a été pensée pour promouvoir l’émancipation des femmes. 

Cinéma, séries télévisées, romans, jeux… les super-héros, nés il y a quatre-vingts ans avec l’apparition de Superman, ont envahi la culture populaire planétaire. 

D’autres super-héros ont rapidement eu pour fonction de faire croire à l’existence d’un futur radieux à portée de mains dans lequel le modèle démocratique se répandrait sur l’ensemble du globe pour triompher des tyrannies « féodales » totalitaires. Plus tard, de nouveaux personnages plus troubles ont symbolisé une Amérique en plein doute, frappée de plein fouet par la crise pétrolière et la défaite au Vietnam, puis le 11 septembre 2001. 

Évoquant tour à tour Superman, Batman, Wonder Woman, Captain America, Namor, l’Escadron suprême, Black Panther, Luke Cage, Green Arrow, Red Sonja, Howard the Duck, Punisher, Iron Man, les super LGBT et Wolverine, cet ouvrage se propose d’explorer les discours politiques qui se cachent derrière le masque des surhumains.

L’AUTEUR

William Blanc est un historien médiévaliste spécialiste des cultures populaires. Il a notamment écrit Le Roi Arthur. Un mythe contemporain (Libertalia 2016) et coécrit Les Historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, avec Aurore Chéry et Christophe Naudin (Inculte 2013, Libertalia 2016), Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire avec Christophe Naudin (Libertalia, 2015).

Notre avis:

La mort récente de Stan Lee a fait, pendant quelques jours, sortir les super-héros des librairies, des télés et des cinémas pour être de toutes les conversations, de toutes les informations sur toute la planète ! Un géant nous avait quitté, laissant un univers complet ayant sa cohérence propre en héritage.

L’étude de William Blanc sur le contenu politique des comics démontre non seulement qu’ils sont un art à part entière mais que l’aspect idéologique des personnages n’était pas fortuit.

Que ce soit Superman, Batman, Wonder-Woman – les connaisseurs savent qu’ils sont DC et non Marvel – ou Captain America, Namor, Black-Panther et même Howard the Duck, découvrir les genèses idéologiques des super-héros permet de comprendre l’engouement pour les films Marvel, DC et autres.

Alors que l’ère des grands intellectuels disparaît, on pourrait penser que les grandes idéologies sont maintenant portées sinon incarnées par de nouvelles idoles.

Dans les manifestations on peut croiser des jeunes ayant l’un le Ché, l’autre T’challa (Black-Panther), dans les maisons: de nouveaux autels aux dieux Lares apparaissent avec les figurines de plombs d’Iron-Man, de Batman, et de tant d’autres.

Ce livre permet d’en comprendre les tenants idéologiques et j’en imposerai la lecture à tous ceux qui s’interrogent en apprenant ma passion des comics.

Sérieux, aussi fouillé que documenté, cette étude doit être une étape obligatoire pour aborder les comics en adulte.

Personnellement, voir cité Umberto Eco et Antonio Gramsci dans la même phrase vaut « imprimatur » et m’a fait plus que sourire.

❤️❤️❤️❤️❤️

Libertalia

Umberto Eco et Gramsci…

Brent Weeks : Des Ombres et des Couleurs!

Attention au piège. Comment ne pas se laisser tenter par la promotion sur ‘le Prisme noir’ de Brent Weeks chez Milady à 3 euros et quelque …

La quête des 3 autres tomes du “Porteur de Lumière” a été immédiate, maintenant devant  attendre la suite,  la saga précédente “L’Ange de la nuit” a aussi été porteuse de bonnes surprises.

Je vous suggère de commencer par cette dernière la plongée dans les univers de Weeks pour  passer de l’ombre aux lumières.

Les deux sagas sont basées sur le fil classique de l’apprentissage du héros et de son parcours vers les responsabilités qu’incombent ses pouvoirs, mais dans deux environnements très différents.

« L’Ange de la nuit » fera de notre héros un assassin idéal bien que moralement torturé par son métier : dur dur d’être un criminel quand on est «Loyal Bon » ! C’est un truc à y laisser sa peau, mais je vais pas vous dévoiler ici qu’il y a un loup derrière tout ça.

« le Porteur de Lumière » est peut-être l’inverse diamétralement opposé, ici la vie se compte en année lorsque l’on utilise ses pouvoirs, et ceux-ci sont basés sur les toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Il y a quelque chose qui n’est pas sans rappeler les différents corps des « Lanterns » de Dc-Comics.

Je suis surpris d’ailleurs que cela n’ait pas été fait auparavant, à ma connaissance.
Reprendre le thème des couleurs spécialisées dans les différents spectres de la magie donne un univers aussi cohérent que brillant.

Dans les 2 épopées, l’écriture de Brent Weeks est prenante, avec des personnages complexes et attachants, les histoires sont sujettes à de multiples rebondissements, ce qui invite à les relire pour voir si on pouvait deviner auparavant.

Pour ceux qui aiment le genre « Heroïque Fantaisie » Brent Weeks est rapidement devenu une valeur sûre qu’il faut absolument découvrir chez Milady – Bragelonne que je remercie.

❤️❤️❤️❤️

Milady – Bragelonne

 

Le Plancher de Joachim

 

Mot de l’éditeur :

À quelques kilomètres d’Embrun dans les Hautes-Alpes, sur les bords du lac de Serre-Ponçon, jaillit soudain un château aux allures médiévales, le château de Picomtal. Au début des années 2000, les nouveaux propriétaires effectuant des travaux découvrent, au revers des planchers qu’ils sont en train de démonter, des inscriptions. Cent vingt ans plus, au début des années 1880, le menuisier qui a monté le parquet dans les différentes pièces s’est confié. L’homme sait qu’il ne sera lu qu’après sa mort. Il adresse un message outre-tombe et parle de lui, de ses angoisses, de sa famille, de ses voisins, faisant revivre une société villageoise confrontée au progrès économique matérialisé par l’arrivée du chemin de fer, mais aussi à l’avènement de la République. Mais c’est surtout quand il évoque les secrets des uns et des autres, quand il parle de sexualité, que Joachim Martin s’avère un témoin passionnant des moeurs souvent cachées de son temps. On dispose de peu de témoignages directs des gens du peuple, mais cette façon de s’exprimer est totalement inédite. Qui plus est ces confessions revêtent un caractère exceptionnel. À travers son témoignage, sur lui-même et son village, c’est ainsi toute une époque qui revit.

Biographie de l’auteur :

Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, est professeur d histoire contemporaine à l’université Paris Sorbonne où il dirige aussi le Centre d’histoire du XIXe siècle et l’Ecole doctorale d’histoire moderne et contemporaine. Président de l’Institut Napoléon et directeur scientifique de la Bibliothèque Marmottan, il a publié une trentaine d’ouvrages consacrés à l’Empire et à l’histoire du XIXe siècle, dont deux couronnés par un prix de l’Académie des sciences morales et politiques. Il a déjà publié chez Belin Les Naufragés de la Méduse.

Notre avis :

L’histoire retrouvée d’un village français

Le livre dont je vais vous parler est plus que un coup de cœur, il fait partie d’une catégorie un peu à part que je définirais « une surprise qui dure toujours ».
De cette catégorie, pour l’histoire, font déjà partie: « Les Rois Thaumaturges » de Marc Bloch et « Une petite ville nazie » de William S. Allen.

Le Plancher de Joachim de Jaques-Olivier Boudon est un véritable cadeau pour les amoureux d’histoire mais aussi pour celles et ceux qui pourraient à travers ce livre s y intéresser.
Le livre, magnifiquement écrit, est le fruit de l’analyse et l’étude de 72 lattes dont les faces cachées  se trouvent écrites par le menuisier qui, autour de 1880, accepte de refaire le parquet du château de Picomtal, ses écrits, tracés – sans doute – avec son crayon de travail dressent un portrait du village de Crottes, de la vie de la région et de la période historique que Joachim Martin traverse.
Notre menuisier sait que la lecture de ses planches adviendra post mortem et il est donc d’une sincérité totale.
Je vais vous parler ici uniquement de la joie que Joachim éprouve pour les avancées apportées par la République et, très lié à notre actualité, son attachement à l’éducation pour toutes et tous.
Un livre qu’il faut absolument lire, offrir, partager.
Merci Monsieur Boudon pour la passionnante recherche que vous nous livrez !

❤❤❤❤❤(❤)

Éditions Belin

Un  artiste anglais, Vaughan Grylls, expose, à partir du 15 mars 2019 dans une  galerie londonienne, des sommiers faits de lattes de bois, sous  lesquelles on peut lire les propos de Joachim  traduits en  anglais

La vie parfaite

Ce livre, à mon avis encore plus beau que les précédents de Silvia Avallone, nous transporte avec ses personnages dans des situations et des histoires de vies qui se croisent et nous font avancer avec les protagonistes.
Adele, une gamine seule dans cette salle d’accouchement. L’enfant qu’elle porte dans son ventre depuis neuf mois
arrive et elle sait qu’il n’y aura qu’un seul court et unique contact, un rapide moment, 20 minutes puis leurs chemins se sépareront définitivement car la petite sera adoptée.
Choix difficile pour la jeune mère de 18 ans, décision qui donnera à Bianca une vie meilleure, pas parfaite mais avec des possibilités que Adèle n’a pas eues.
Dora, trente ans, poursuit sa quête de maternité comme si c’était sa seule raison de vivre. Enseignante de lettres, mariée à Fabio et porteuse de handicap à cause de ce membre manquant, elle est écrasée par le vide de cette absence. Deux solitudes, celles de l’adolescente et de la femme mûre comparées.
Zeno, lycéen avec mère dépressive se retrouve à ne plus vivre sa vie mais celles des autres, il continue ses lectures de Flaubert et Dostoïevski qui le transportent ailleurs et nous espérons pour lui que ses études vont pouvoir l’émanciper et lui permettre de sortir du sentier qui lui était tracé.
Manuel, un ami de toujours qui rêvait d’aller à la fac et dont le chemin a été brutalement séparé de toutes et tous par le deal de drogue, par la prison.
Et il y a un quartier, le nom est inventé mais seulement ça, l’aspect Dantesque «Vous qui entrez ici abandonnez toute espérance» est bien celui de ce type d’agglomération avec beaucoup de rues mais pas vraiment d’issues, l’auteure le situe à proximité de la ville de Bologne, un quartier d’habitation très pauvre surnommé « Le lombriconi », un lieu où Il n’y a pas de seconde chance et pourtant Bologne est la à deux pas avec sa belle Université.
Au fil des pages, vous trouverez la solitude, l’abandon, la maternité non désirée par opposition à la désirée, la défaite, l’impossibilité de choisir, la complexité de la relation entre les parents, le contraste littérature/ télévision et finalement un petit fil de lumière et d’espoir.
Avec un style fort et direct, Silvia Avallone étonne et conquiert le lecteur.
Je vous conseille cette lecture sans hésitation.
❤❤❤❤❤
Liana Levi

Kant tu ne sais plus quoi faire

 

Mot de l’editeur:

Passer toute sa journée chez Ikea, rencontrer ses beaux-parents, se faire larguer au café, cohabiter avec son ado, faire un peu trop la fête… Autant de situations qui peuvent nous déboussoler. Que faire pour éviter la crise de nerf ou de larme ? Et si vous invitiez Platon, Spinoza, Nietzsche et leurs amis pour évoquer toutes ces questions du quotidien ? Qu est-ce que Kant aurait répondu à un texto de rupture ? Aristote aurait-il repris une vodka ? L herbe est-elle plus verte chez Épicure ? Les philosophes quittent enfin leurs bibliothèques pour devenir nos complices. Douze récits, douze concepts, douze philosophies pour nous aider à réagir avec humour à toutes les surprises de la vie. Marie Robert enseigne la philosophie et le français aussi bien à l’université qu’au lycée.

Notre avis:

Un livre très accessible et drôle, il permet de découvrir un certain nombre d’idées qui accompagnent notre société et les hommes qui les ont portées.
Un essai pour aller plus loin ? Je l’espère !

J’apprécie la mise en situation réelle pour des concepts qui deviennent moins abstraits.

L’idée de Marie Robert, l’auteure, de transmettre les bases pour rencontrer d’une manière plus approfondie les philosophes qu’elle nous présente me plaît beaucoup.
Je proposerai ce livre à celles et ceux qui pensent que la Philosophie est pour « les autres » avec le souhait que l’aide de Spinoza chez IKEA sera bénéfique pour toutes et tous.

❤❤❤❤

Flammarion

L’Appartement

Mot de l’éditeur

« Nous sommes tous ensemble, tous les cinq (je ne vois pas mon père dans la scène, il doit être à Paris), jusqu’à ce square dans la cour d’un immeuble, à, quoi, cent mètres, l’écorce noire de ces deux-trois arbres l’ombre semée de taches de soleil, et nous nous asseyons sur le banc blanc, « là, on s’assoit », je la sens qui respire vite, le coeur qui bat, l’effort est fait, la dernière sortie de ma grand-mère… » A Saint-Pétersbourg, André Markowicz a hérité de l’appartement dans lequel vivait sa grand-mère depuis 1918. Cet appartement, devenu propriété de la famille au moment de l’effondrement du système communiste, est le prétexte d’un récit mêlant souvenirs familiaux, réflexions sur le régime communiste, la littérature, les intellectuels russes, dessinant une forme d’autobiographie sensible du poète et traducteur.
André Markowicz, né en 1960 à Prague, s’est fait connaître par la nouvelle traduction qu’il a donnée des oeuvres complètes de Fiodor Dostoïevski. Il s’est également occupé de retraduire le théâtre de Tchekhov en compagnie de Françoise Morvan. Leur traduction de Platonov a été récompensée par un Molière en 2006, dans la catégorie « adaptation ».

Notre avis

Ce long poème, qui a comme point de départ l’héritage de l’appartement de la grand-mère de l’auteur est écrit en pentamètres ïambiques et sans point final.

C’est un plaisir de suivre Markowicz au fil des mots et des réflections sur la traduction : la grande passion de sa vie.
Nous faisons aussi la connaissance des figures familiales ou amicales qui ont joué un rôle dans la construction de ses expériences, de ses choix.

Comme c’est commun de dire en pensant à la fin des régimes de l’URSS et de l’Europe de l’Est « C’est la fin d’une époque », notre auteur arrive à en parler sans aucune banalité et cela est rare.
Un petit détour par la Bretagne est aussi au programme.

Les photos en noir et blanc qui enrichissent cette édition sont partie intégrante du livre.

Un livre à lire et partager !

❤❤❤❤❤

Inculte

Venise

Préface d’Eric Walbecq
« La plus grande émotion de ma vie », écrit Lorrain à sa mère en découvrant Venise.
Texte rare où retentit cet accord unique entre Venise, ses palais, ses lagunes et cette écriture fin de siècle dite décadente. Saint-Marc précieux, gorgé comme une phrase de Huysmans ou de Lorrain. C’est la même orfèvrerie… Jamais auparavant Jean Lorrain n’avait écrit aussi longuement sur une ville. Venise est LA Ville, « Ma Ville » comme il le dit régulièrement à ses correspondants dans ses différentes lettres. Son enthousiasme n’est nullement feint, il est le refl et d’un dernier amour pour une ville, comme Paris fut pour lui au milieu des années 1880 un nouvel espoir. Venise marque donc une apothéose dans sa vie. Repris seulement en 1921 dans un volume de voyages à un tirage limité, ce texte fut originellement publié dans la Revue illustrée en deux livraisons en 1905. L’ouvrage comporte un choix de ses lettres vénitiennes.

Notre avis:

Un livre de moins de 100 pages pour un long et précieux voyage en terre vénitienne.

Le récit de Jean Lorrrain, son portrait de la ville, d’un mode de vie sont exquis,.

Les lettres à sa mère et à ses amis contribuent au tableau qui se dessine peu à peu devant les yeux du lecteur.

Si vous connaissez la lagune, vous allez aimer ce récit et vous retrouver dans chaque mots, si la ville des Doges ne vous est pas familière sachez que l’auteur saura vous transporter et vous aurez l’impression de vous promener avec lui à la découverte de Venise.

Un livre coup de cœur dans un format très agréable pour la lecture et une édition soignée dans la Collection L’Écrivain Voyageur de La Bibliothèque

❤❤❤❤❤️(❤️)

Édition La Bibliothèque

Ragnarok

La sortie du film éponyme a été l’occasion de rééditer cette saga de Thor par Panini Comics.
Ici les mythes nordiques pénètrent et fracassent l’univers Marvel dans la mise en abime du héros au marteau. A tel point qu’il fallut quelques années pour que Thor revienne.

C’est un album incontournable, un modèle des « comics à fond », qui donne envie de replonger dans les « edda » pour distinguer ce qui est d’origine ou du génie des scénaristes dans la réinterprétation du mythe de « Ragnarök » de l’apocalypse de feu et de glace.

Le trait de Di Vito sert magnifiquement l’épopée en usant  toutes les sortes de découpages possibles pour donner une énergie à des dessins justes, fins et superbement colorés par Villari.

Un « must have » pour comprendre l’avant et (bizzarement – mais on est dans le monde Marvel -) l’aprés Ragnarok !

 

❤❤❤❤

Panini Comics

 

Batman: le match Teshigori – Marini

Deux BD surprenantes démontrent que l’esprit comics n’est plus cantonné aux frontières des USA. Mondialisation oblige, deux Batman très différents sont sur les étals de fin d’année.
C’est un match France-Japon de l’interprétation du détective champion.

D’un coté un Batman, format 12,7×18, porté par Shiori Teshigori qui avait déjà dessiné les Chevaliers du Zodiaque (Saint Seya pour les connaisseurs).
Tout les codes du manga d’action sont là : destruction massive, intrigue avec declamation fulgurante, robots géants des « Mecha ».
Un mariage réussi qui plaira aux amateurs de bd japonaise.


De l’autre coté du ring : Batman, format 21×32,6 en mode Européen par Enrico Marini.
Là c’est plus le coté justicier détective qui est mis en avant dans un graphisme qui traduit bien l’atmosphère que l’on imagine de Gotham.
Tout y est, de l’humour décalé d’Alfred , de la plasticité et inconstance de Catwoman au désir de réparation de Batman.
Le traitement cyan pour rendre le brouillard de Gotham, les mouvements fluides dans un découpage cinématographique des combats de Batman, les expressions perverses du joker font que c’est un magnifique opus des aventures du chevalier noir que l’on pourra ranger en vitrine entre les Dark Knight de Miller et « V pour vendetta » de Moore et Loyd.

On ne va pas se la jouer Teddy Riner, les 2 méritent d’être lu, mais je dois reconnaître que le travail de Marini sur « Scorpion » ou « les Aigles de Rome » confine au chef d’oeuvre dans « Batman- The Dark prince Charming »

 

❤️❤️❤️❤️❤️ (❤️)