Sur la mode / Walter Benjamin / Payot petite bibliothèque philosophie

Spread the love

L

es pages de ce petit livre sont extraites du monumental et inachevé ensemble de textes relatifs au grand projet des passages parisiens, inédits à la mort de Benjamin, sont désormais édités et publiés, depuis les premières esquisses jusqu’aux manuscrits tardivement retrouvés.

Pendant son exil parisien, l’éclectique philosophe que j’admire tant, participa à la vie parisienne et posa son regard sur le monde de la mode.

L’idée de Benjamin sur la mode s’articule autour de l’idée d’un concept hiératique de la matière, une sorte de chic hard-edge avant la lettre. Les points de vue de la critique Helen Grund et de Benjamin correspondent à des positions dans la couture des époques présentes ou récentes : la légèreté fluide des créations néoclassiques de Madeleine Vionnet et les alignements pleins d’esprit des robes et des objets dans la couture d’Elsa Schiaparelli. 

Benjamin parle de la femme et du sport, mais aussi de la mode comme industrie et des femmes comme clientèle.

La mode et le monde séduisent Walter Benjamin, pour ses nouveautés constantes qui « donnent le ton » et pour la recherche de la beauté et de la perfection.

Ici on parle de crinoline mais aussi d’Apollinaire et de surréalisme.

Last but not least la mode pour notre auteur est politique. La mode est soumission ou est liberté.

C’est drôle, je l’avoue que de lire Benjamin écrire sur les plumes qui ornaient les chapeaux et les souliers et passer au texte suivant à une réflexion sur la mode comme symbole et témoin de l’histoire.

Ces quelques pages de fragments rendues aux lecteurs, dans cette édition, sont un baume parfumé pour soigner la curiosité et l’intellect.

Un médicament contre la couleur grise qui règne dans notre époque sans mémoire.

Lisez, Lisez ce livre, lisez Walter Benjamin 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *