L’imitation de Bartleby

Mot de l’éditeur :

Le 29 juillet 2010, à Zurich, Michèle Causse, théoricienne féministe et traductrice, a choisi de dénaître en mourant par suicide assisté le jour de son anniversaire. Se pourrait-il qu’existe un lien entre sa mort et celle du personnage du livre Bartleby le scribe qu’elle avait traduit en français ? Telle est la question qui travaille le narrateur, un étudiant en théologie qui commence à bien connaître les Evangiles, où il a lu cette phrase : Cherchez et vous trouverez.

Biographie de l’auteur :

Julien Battesti est né en 1985 à Ajaccio. L’imitation de Bartleby est son premier livre.

Notre avis :

Le titre de ce premier roman de Julien Battesti, L’imitation de Bartleby, fait référence au célèbre manuscrit l’Imitation de Jesus-Christ et au marquant personnage de Melville, nous allons, après avoir fait connaissance avec le narrateur, rapidement en comprendre les raisons. 

Celui qui nous accompagnera dans la traversée des pages de cet étonnant livre est un étudiant en théologie bloqué dans son appartement à cause d’un problème au dos survenu soudainement mais long à soigner.

Tout s’amplifie dans cette nouvelle vie de tortue sur le dos et la recherche d’un livre évoqué par une amie, le conduira, les voies de Google étant infinies, sur une toute autre piste : une vidéo de Michèle Causse, traductrice, ( entre autres de Primo Levi et de Herman Melville ) écrivaine, lesbienne et militante féministe. Elle avait choisi de mourir, le jour de son anniversaire, assistée par l’association Suisse Dignitas, à l’âge de 74 ans. Le film en streaming qui montre les derniers instants de Causse sera le point de départ,  pour le jeune théologien, d’un voyage dans l’œuvre de Melville, Bartleby le scribe, et une incursion dans la vie de l’iconoclaste Michèle Causse. À la recherche de la relation possible entre le commis aux écritures de Wall Street et le choix de decider le moment de sa mort opéré par Michèle Causse.

La traductrice ne trouvait plus «  The meaning of life » tout en étant en bonne santé.

Bartleby était, selon l’auteur, un Moise qui a perdu confiance en la vie, seul et mis à l’écart par la société.

Après les recherches et l’affirmation de sa vision, le protagoniste terminera son exploration à Zurich où il se rendait pour visiter l’association Dignitas.

Des sujets sensibles évoqués avec un language riche et un regard délicat.

❤️❤️❤️❤️❤️

Gallimard 

Julien Battesti
Extrait
Extrait
Extrait
Extrait
Michèle Causse
Le film Exit
Herman Melville
Bartleby et autres textes traduits par Michèle Causse
À lire aussi !

Un oiseau de nuit à Buckingham

Mot de l’éditeur :

La reine d’Angleterre, quatre-vingt-dix ans, s’est endormie dans sa chambre de Buckingham Palace, entourée de ses corgis – en peluche. Elle s’éveille en sursaut. Assis sur son lit, un homme. Qui est-il ? Que lui veut-il ? S’instaure un dialogue entre deux êtres que tout sépare. Le temps d’une nuit, la reine dépose sa couronne et délie sa parole. « Nous sommes tous des prisonniers », réplique-t-elle à cet homme entravé. Sommes-nous libres ? Vivons-nous enchaînés à notre destin ? Un dialogue à bâtons rompus entre émotion et fantaisie, souvent surréaliste, so british. Cette nuit magique, inspirée d’un fait réel, est une parenthèse rêvée et folle, une invitation à vivre pleinement sa vie.

Biographie de l’auteur :

David Lelait-Helo est l’auteur de nombreuses biographies, de recueils de sagesse et de cinq romans aux éditions Anne Carrière. En 2018, il a publié avec Line Renaud, aux éditions La Martinière, Line Renaud, mes années Las Vegas.

Notre avis :

Très joli livre de David Lelait-Helo, Un oiseau de nuit à Buckingham se lit avec bonheur.

Paul Scarborough le 24 décembre 2016 décide, choqué par le vote sur le Brexit, ( et oui plus que jamais actuel comme sujet … ) de rencontrer Elisabeth II.

L’inspiration pour ce roman est liée à Michael Fagan qui en 1982 s’était introduit dans la chambre de la reine d’Angleterre.

Notre personnage se retrouvera propulsé dans un échange nocturne divertissant et imaginatif avec sa majesté.

Nous retrouvons les talents de biographe de l’auteur qui décrit très bien la vie de la reine. Il propose aux lecteurs des informations et des anecdotes sur le long règne de Lilibeth.

Un monarque constitutionnel, censé représenter tous ses sujets, se doit d’être aussi « super partes » que discret.

Une personne, comme notre « oiseau de nuit » qui subit son existence est réduite au silence par ses choix.

Ce roman est une invitation à reprendre en main son destin, même si les situations désagréables se succèdent, et à sortir des cages de tous les types.

Un conte divertissant et gracieux.

❤️❤️❤️❤️❤️

Editions Anne Carrière

David Lelait-Helo
Le livre
Extrait
Extrait
Extrait
Couronnement de la reine Elisabeth II
Statuette
Tenue post Brexit aux couleurs de l’Europe
Série télé basée sur la vie d’Elisabeth

À crier dans les ruines

Mot de l’éditeur :

Tchernobyl, 1986. Lena et Ivan sont deux adolescents qui s’aiment. Ils vivent dans un pays merveilleux, entre une modernité triomphante et une nature bienveillante. C’est alors qu’un incendie, dans la centrale nucléaire, bouleverse leur destin. Les deux amoureux sont sépares. Lena part avec sa famille en France, convaincue qu’Ivan est mort. Ivan, de son côté, ne peut s’éloigner de la zone, de sa terre qui, même sacrifiée, reste le pays de ses ancêtres. Il attend le retour de sa bien-aimée. Lena grandit dans un pays qui n’est pas le sien. Elle s’efforce d’oublier. Un jour, tout ce qui est enfoui remonte, revient, et elle part retrouver ce qu’elle a quitté vingt ans plus tôt.

Biographie de l’auteur :

Alexandra Koszelyk est née en 1976. Elle enseigne, en collège, le français, le latin et le grec ancien.

Notre avis :

Alexandra Koszelyk nous plonge, avec son  splendide roman dans la mémoire collective d’une des plus grandes catastrophes de la fin du XX siècle, l’explosion du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

La tragédie est vue avec les yeux de Léna et d’Ivan qui ont 13 ans au moment de l’incendie, ils sont depuis leur enfance des êtres inséparables et l’éloignement imprévisible et soudain provoque une souffrance extraordinaire à la hauteur de leur lien exceptionnel.

Elle part vivre en France, lui reste et tente comme la nature de se reconstruire pas après pas en espérant revoir un jour son amour.

Léna, convaincue de la mort d’Ivan, tente de refaire sa vie en Normandie et à Paris, comme ses parents lui demandent. Elle a besoin des livres, de la littérature, de l’histoire et des mythes, c’est un bonheur de suivre les citations et les choix avisés de l’autrice pour accompagner la jeune fille et la jeune femme dans son évolution.

Les coquelicots de la belle couverture de cet ouvrage se retrouvent aussi dans le récit, j’espère que vous aimerez ce beau symbole et les autres qui parsèment le roman et que l’autrice utilise avec subtilité.

Le cycle de la vie continue et 20 ans après  la tragédie Léna retrouvera sa ville natale, Pripiat, aujourd’hui destination touristique qui rappelle quelques part Pompei.

Elle retrouve aussi son Ivan et le chemin interrompu peut recommencer.

En juin 2019 la série Chernobyl a allumé, ( tout comme le nouveau sarcophage du réacteur 4 terminé en 2018 ) les projecteurs sur une page d’histoire de l’Ukraine, de l’ancienne URSS et de l’humanité.

Chernobyl est devenue la série la mieux notée de l’histoire de la fiction pour la télé. Elle transporte le spectateur au cœur de l’accident avec un réalisme impressionnant et des questionnements sur les agissements des autorités de l’époque que nous retrouverons aussi dans le livre.

Émouvant et fort, le texte d’Alexandra Koszelyk est de ceux que nous avons envie de relire pour saisir un détail qui nous aurait échappé et pour retrouver les passages captivants et bouleversants qui nous ont transportés au fil des pages.

Un livre à lire, à savourer et à méditer !

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Aux Forges de Vulcain

Merci à l’éditeur pour cette belle lecture

Alexandra Koszelyk
Le livre
Extrait
Tchernobyl
Tchernobyl
Tchernobyl
Pripiat
Pompei
Coquelicots ( Monet )
La série

POÈME À CRIER DANS LES RUINES, PAR LOUIS ARAGON.

Tous deux crachons tous deux

Sur ce que nous avons aimé

Sur ce que nous avons aimé tous deux

Si tu veux car ceci tous deux

Est bien un air de valse et j’imagine

Ce qui passe entre nous de sombre et d’inégalable

Comme un dialogue de miroirs abandonnés

A la consigne quelque part Foligno peut-être

Ou l’Auvergne la Bourboule

Certains noms sont chargés d’un tonnerre lointain

Veux-tu crachons tous deux sur ces pays immenses

Où se promènent de petites automobiles de louage

Veux-tu car il faut que quelque chose encore

Quelque chose

Nous réunisse veux-tu crachons

Tous deux c’est une valse

Une espèce de sanglot commode

Crachons crachons de petites automobiles

Crachons c’est la consigne

Une valse de miroirs

Un dialogue nulle part

Écoute ces pays immenses où le vent

Pleure sur ce que nous avons aimé

L’un d’eux est un cheval qui s’accoude à la terre

L’autre un mort agitant un linge l’autre

La trace de tes pas Je me souviens d’un village désert

A l’épaule d’une montagne brûlée

Je me souviens de ton épaule

Je me souviens de ton coude

Je me souviens de ton linge

Je me souviens de tes pas

Je me souviens d’une ville où il n’y a pas de cheval

Je me souviens de ton regard qui a brûlé

Mon cœur désert un mort Mazeppa qu’un cheval

Emporte devant moi comme ce jour dans la montagne

L’ivresse précipitait ma course à travers les chênes martyrs

Qui saignaient prophétiquement tandis

Que le jour faiblissait sur des camions bleus

Je me souviens de tant de choses

De tant de soirs

De tant de chambres

De tant de marches

De tant de colères

De tant de haltes dans des lieux nuls

Où s’éveillait pourtant l’esprit du mystère pareil

Au cri d’un enfant aveugle dans une gare-frontière

Je me souviens

Je parle donc au passé Que l’on rie

Si le cœur vous en dit du son de mes paroles

Aima Fut Vint Caressa

Attendit Épia les escaliers qui craquèrent

0 violences violences je suis un homme hanté

Attendit attendit puits profonds

J’ai cru mourir d’attendre

Le silence taillait des crayons dans la rue

Ce taxi qui toussait s’en va crever ailleurs

Attendit attendit les voix étouffées

Devant la porte le langage des portes

Hoquet des maisons attendit

Les objets familiers prenaient à tour de rôle

Attendit l’aspect fantomatique Attendit

Des forçats évadés Attendit

Attendit Nom de Dieu

D’un bagne de lueurs et soudain

Non Stupide Non

Idiot

La chaussure a foulé la laine du tapis

Je rentre à peine

Aima aima aima mais tu ne peux pas savoir combien

Aima c’est au passé

Aima aima aima aima aima

0 violences

Ils en ont de bonnes ceux

Qui parlent de l’amour comme d’une histoire de cousine

Ah merde pour tout ce faux-semblant

Sais-tu quand cela devient vraiment une histoire

L’amour

Sais-tu

Quand toute respiration tourne à la tragédie

Quand les couleurs du jour sont ce que les fait un rire

Un air une ombre d’ombre un nom jeté

Que tout brûle et qu’on sait au fond

Que tout brûle

Et qu’on dit Que tout brûle

Et le ciel a le goût du sable dispersé

L’amour salauds l’amour pour vous

C’est d’arriver à coucher ensemble

D’arriver

Et après Ha ha tout l’amour est dans ce

Et après

Nous arrivons à parler de ce que c’est que de

Coucher ensemble pendant des années

Entendez-vous

Pendant des années

Pareilles à des voiles marines qui tombent

Sur le pont d’un navire chargé de pestiférés

Dans un film que j’ai vu récemment

Une à une

La rose blanche meurt comme la rose rouge

Qu’est-ce donc qui m’émeut à un pareil point

Dans ces derniers mots

Le mot dernier peut-être mot en qui

Tout est atroce atrocement irréparable

Et déchirant Mot panthère Mot électrique

Chaise

Le dernier mot d’amour imaginez-vous ça

Et le dernier baiser et la dernière

Nonchalance

Et le dernier sommeil Tiens c’est drôle

Je pensais simplement à la dernière nuit

Ah tout prend ce sens abominable

Je voulais dire les derniers instants

Les derniers adieux le dernier soupir

Le dernier regard

L’horreur l’horreur l’horreur

Pendant des années l’horreur

Crachons veux-tu bien

Sur ce que nous avons aimé ensemble

Crachons sur l’amour

Sur nos lits défaits

Sur notre silence et sur les mots balbutiés

Sur les étoiles fussent-elles

Tes yeux

Sur le soleil fût-il

Tes dents

Sur l’éternité fût-elle

Ta bouche

Et sur notre amour

Fût-il

Ton amour

Crachons veux-tu bien

Extrait de La grande gaieté (1929).

À l’épreuve de la violence. Beauvau 2014-2015

Mot de l’éditeur et de l’auteur :

« Au moment où j’entre Place Beauvau, je ne sais pas à quel point je resterai marqué, à tout jamais, par la succession des tragédies qui viendront endeuiller le pays, en donnant au ministère de l’État, sa dimension de citadelle profondément humaine. 

Dans mes pensées, le pressentiment des heures sombres à venir a laissé place, peu à peu, aux certitudes. La question n’est plus de savoir si les éléments se déchaîneront, ou si par miracle nous serons épargnés, mais bien de deviner quand le tonnerre grondera, après que la foudre se sera abattue sur nous. »

B. C.

Confronté au quotidien à toutes les violences – terroriste, verbale, psychologique –, Bernard Cazeneuve a dû tenir le cap et rassurer les Français. Mais, du drame de Sirvens avec la mort de Remi Fraisse aux attentats qui ont endeuillé la France, en passant par les soubresauts de la crise migratoire et les nécessaires réformes à mener, notamment celle du renseignement intérieur, celui qui restera comme un très grand ministre de l’Intérieur ne nous cache rien des moments d’anxiété et de solitude qu’il a dû aussi affronter. 

Ce témoignage passionnant et profondément sincère sur la vie et l’action d’un ministre de l’Intérieur – quand, à chaque minute, il faut faire face à des situations politiques et humaines inédites – est aussi un récit tendu, très finement écrit, qui se lit d’une traite.

Biographie de l’auteur :

Longtemps député-maire de Cherbourg, Bernard Cazeneuve a été ministre de l’Intérieur d’avril 2014 à décembre 2016. Sur son passage comme Premier ministre à Matignon il a écrit Chaque jour compte, paru chez Stock en octobre 2017.

Notre avis :

A l’épreuve de la violence, tome où  Bertrand Cazeneuve revient sur ses années de Ministre de l’Intérieur Place Beauvau d’avril 2014 à décembre 2015 est le premier de deux volumes.

Le deuxième volet est en cours d’écriture.

Un récit très personnel, posé et respectueux même quand il s’autorise quelques piques dirigées vers ses amis politiques ou ses adversaires.

La bienveillance n’empêche pas la raison : pour Cazeneuve la piste de la déchéance de nationalité après les attentats de novembre 2015 a été «une erreur funeste dont le coût moral et politique fut élevé»

Une lecture qui trace la vision de l’ancien ministre sur les événements et les émotions personnelles qui accompagnent sa difficile fonction.
Cet ouvrage nous permet de mieux saisir l’organisation interne de la Place Beauvau avec ses codes et ses règles mais en plus des aspects politiques qu’il décrypte, c’est un texte profondément humain, une intéressante introspection.
Ce retour vers une époque encore très proche est agréable à lire.

❤️❤️❤️❤️

Stock 

Bernard Cazeneuve
Le livre
Extrait
Extrait
Dédicace du livre à Paris

Victoria : Reine d’un siècle


Mot de l’éditeur :

« Je ferai de mon mieux… » 

C’est par ces mots qu’à l’âge de onze ans, Victoria accueillit la nouvelle de son accession au trône britannique. Point d’exultation, point de fanfaronnade à l’idée de régner, mais une ferme résolution qui n’ignorait ni les difficultés ni la grandeur de la tâche. 

Pourtant, quand en 1837, tout juste âgée de dix-huit ans, elle devint reine du Royaume-Uni, elle tint à monter seule sur le trône, rejetant l’influence de sa mère et des conseillers que celle-ci cherchait à lui imposer. Forte du soutien éclairé de son mari le prince Albert, bientôt mère d’une très nombreuse famille, c’est avec passion qu’elle exerça son métier de reine, n’épargnant aucun effort pour exalter le rayonnement de la monarchie constitutionnelle et exercer un pouvoir politique réel. 

Victoria, impératrice des Indes, « grand-mère de l’Europe », régna près de 65 ans (moins désormais qu’Élisabeth II) et son image se confond, aujourd’hui plus que jamais, avec celle de son siècle. Elle est devenue au fil du temps, l’immense icône d’un Empire britannique à son apogée. C’est la vie surprenante de cette femme au caractère bien trempé, souvent exaltée derrière une façade volontairement austère, que Joanny Moulin nous invite à découvrir. En racontant la vie de Victoria, il fait revivre sous nos yeux un siècle d’histoire britannique.

Biographie de l’auteur :

Spécialiste de littérature anglaise, Joanny Moulin est professeur à l’université de Provence (Aix-Marseille I). Outre des ouvrages sur divers poètes de langue anglaise, il a récemment publié Elisabeth : La reine de fer (Editions du Cerf 2015).

Notre avis :

Grâce à son analyse psychologique et à la lucidité du récit historique en passant par un style d’une netteté étonnante Joanny Moulin nous propose un livre qui se lit avec plaisir et qui traverse la longue vie de Victoria et les évolutions de son siècle.

Cette biographie est captivante et intéressante, à lire pour découvrir la femme et la reine dans l’année du bicentenaire de sa naissance.

Un règne de plus de 63 ans, 10 Premiers ministres. Le 24 mai 1819, Victoria la fille du prince Édouard-Auguste, duc de Kent -quatrième fils du roi George III, roi atteint d’une maladie mentale- et de Marie-Louise Victoire de Saxe-Cobourg Saalfed naît à Londres. Elle accèdera au trône dans un contexte politique difficile.

Cet ouvrage est l’histoire d’une femme qui fut très seule toute sa vie, que l’on tentât souvent de manipuler mais qui ne se laissa pas faire, même dans son plus jeune âge.

Je vous conseille cette lecture.

❤️❤️❤️❤️❤️

Flammarion 

Joanny Moulin
Extrait
Extrait
La Reine Victoria et Albert
Photo de famille
Film à voir aussi
La série Victoria