Vivre ensemble

Vivre ensemble d’Emilie Frèche est une fresque des frasques d’une famille recomposée.

Les comportements décrits sont vécus, parfois au quotidien, dans beaucoup de foyers où cohabitent des histoires et des habitudes incompatibles. L’auteure exacerbe les situations et la véhémence des réactions de l’enfant de l’autre.

Le début du livre et le final sont un miroir et l’écriture de ce roman est captivante.

Une trame parallèle nous transporte à Calais et la réflexion sur les conditions de vie des migrants est bien présente car Pierre, le compagnon de Deborah, est avocat et travaille plusieurs jours par mois dans la « jungle ».

C’est un livre qui peut être dérangeant par sa violence.

C’est aussi une histoire des peurs qui nous bloquent et ne nous font pas avancer.

Les phobies de Salomon et ses actions effrayantes, la peur de son père d’intervenir durement suite à ses comportements dangereux, la peur de Déborah de blesser son compagnon en en disant ou faisant trop, les craintes du fils de Déborah qui essaye de faire face comme il peut.

Driss finira également par être effrayé par la situation de son ex femme et par sa relation avec Salomon, il aura aussi peur pour son fils Léo.

L’ex femme de Pierre est décrite comme insensible et capable d’harcèlement, encore des actions qui génèrent de l’angoisse.

Un livre à lire mais vu le final je ne veux vraiment pas connaître la suite.

❤️❤️❤️❤️❤️

Stock

Tu t’appelais Maria Schneider

Une fois commencé ce livre vous ne pourrez plus le lâcher.

Tout y est décrit de manière sublime, l’auteure fait preuve de subtilité et grande délicatesse même dans les moments du récit « les plus durs » à raconter quand il faut parler de drogue, de descente aux enfers et de suicide.

La jeune cousine de Maria Schneider nous dévoile les jours de celle qui, après le célèbre film le Dernier Tango à Paris, a eu sa carrière et peut être sa vie bouleversée par le scandale que ce duo avec Marlon Brando a généré. 

L’histoire de Maria est le fil conducteur de l’ouvrage mais nous découvrons aussi la famille de l’actrice et plus dans le détail l’extraordinaire famille de Vanessa Schneider  ( Vanessa, joli prénom pour lequel, vous le découvrirez dans le livre, il a fallu lutter… ) 

La vie dans le HLM, la cité où tout se sait, cette grande cousine qui va et vient, un émouvant dossier rouge et la narration de l’évolution d’une famille qui voulait changer le monde.

Au fil des chapitres présent et passé s’alternent, l’histoire de Maria, ses rencontres et sa fin, celles et ceux qui sont restés et ceux qui ont de manière posthume ébauché des excuses bien trop tardives.

La une de libération en 2011 qui montre une photo tirée du film de Bertolucci, quelle déception.

Le dessin peut être trop vite abandonné par la jeune actrice quelle tristesse.

Ce voyage dans les époques est le roman d’une famille.

Madame Schneider, Vanessa, oui ce livre il fallait l’écrire et vous avez su trouver le ton juste pour le faire.

Sortie le 16 août !

❤️❤️❤️❤️❤️

Grasset et Fresquelle 

Les chemins de la haine

Notre avis:

Les chemins de la haine d’Eva Dolan est un excellent roman policier anglais, avec des personnages attachants, une intrigue bien ficelée et rythmée.

La romancière remplit son livre de rebondissements et sait garder le lecteur en tension constante, difficile page après page de deviner ce qui va se passer ensuite, et comment tout est lié.

L’histoire commence avec la découverte d’un corps calciné dans l’abri de jardin d’une famille anglaise de la petite ville de Peterborough, au nord-est de Londres.

L’inspecteur Zigic et son adjointe, le sergent Ferreira sont chargés de l’enquête.

La victime est identifiée, l’homme brûlé vifs est un travailleur immigré, Jaan Stepulov, estonien en situation irrégulière.

Nos enquêteurs se rendent rapidement compte que l’affaire est plus compliquée qu’elle ne semble à première vue.

Au fur et à mesure que l’enquête avance ils côtoient les préjugés et les difficultés du quotidien des immigrés et des autochtones.

La vision d’un enfer Dantesque moderne se dresse vite à mes yeux.

« Laissez toute espérance, vous qui entrez » me parait approprié… car l’angoisse à pris le pas sur la solidarité.

Cette dénonciation sociale prend une place centrale dans le récit et nous découvrons que ce livre est aussi un roman sur l’immigration.

Eva Dolan utilise la narration d’un crime dans une ville, dans un microcosme pour en faire le symbole d’une situation globale que nous ne devons plus ignorer.

Peur de l’autre, exploitation, indifférence, tout est décrit avec sensibilité et grande finesse en évitant habilement le piège des lieux communs, je trouve qu’elle a un ton très juste dans sa manière d’écrire.

« Lupus est homo homini, non homo, quom qualis sit non novit » « Quand on ne le connaît pas, l’homme est un loup pour l’homme » La formule de Plaute (Comédie des Ânes 195 av J-C) , signifie que l’homme prend pour un loup l’homme qu’il ne connait pas. 

L’attitude que nous voyons de nos jours est bien la conséquence de la peur de tout ce qui est différent : Souffler sur ce type d’inquietude uni à l’échec des politiques libérales menées dans le Royaume-Uni depuis bien longtemps conduit à  l’esclavagisme moderne mis en exergue par l’auteure.

L’aspect social a joué un rôle important pour moi dans cette lecture qui ne se contente pas d’être un bon polars. 

Cette excursion à la découverte d’une frange de la société anglaise me rappelle la série de la BBC « Happy Valley » que je vous conseille aussi. 

Donc avoir dans le même livre un polar accompagné d’une vrai recherche sociologique sur les migrations, (sujet plus que d’actualité) est à mon avis une raison en plus pour faire un tour en librairie et revenir avec ce roman que je place sans difficulté dans la catégorie “incontournables”.

❤❤❤❤❤

Liana Levi

Mary Shelley : Au-delà de Frankenstein

Cathy Bernheim

Traductrice-adaptatrice de documents, biographies et autobiographies, Cathy Bernheim a notamment traduit l’Autobiographie d’Angela Davis (Albin Michel, 1975) et L’Épopée d’une anarchiste d’Emma Goldman (avec Annette Lévy-Willard, Hachette, 1979 et Complexe, 1986).

Elle a participé à la rédaction et l’adaptation de nombreux ouvrages collectifs, dont : Le livre de l’oppression des femmes (Belfond, 1972), Les femmes s’entêtent (Gallimard, coll. Idées, 1975) et Notre corps, nous-mêmes (Albin Michel, 1978).

Elle a participé à la création de la rubrique du « Sexisme ordinaire », créée avec Simone de Beauvoir pour les Temps Modernes entre 1974 et 1981, dont un recueil est paru à mi-parcours : Le Sexisme ordinaire (Seuil, 1978).

Cathy Bernheim est l’auteur de Perturbation, ma soeur (Seuil, 1983), où elle relate les deux premières années du Mouvement de libération des femmes (MLF), pour lequel elle s’est notamment retrouvée parmi les neuf rigolotes qui ont déployé une banderole « à la femme inconnue du soldat inconnu » sous l’Arc de Triomphe, le 26 août 1970, en guise d’acte de naissance de leur mouvement.

On lui doit aussi une version « au féminin » de Frankenstein : Cobaye Baby (La Manufacture, 1987) ainsi que la biographie de l’auteur de Frankenstein : Mary Shelley (La Manufacture, coll. Qui êtes-vous?, 1987) et Mary Shelley –La jeune fille et le monstre (Le Félin, 1997). Des biographies de Valentine Hugo (Presses de la Renaissance, 1989) et Picabia (Le Félin, 1995). Et des romans pour la jeunesse parus dans la collection Page Blanche de Gallimard, puis à l’École des Loisirs.

Elle a récemment publié un essai sur l’enfance intitulé Dors, ange amer (Seuil, 2005) et travaille actuellement sur la biographie d’un de ses ancêtres.

Prochain ouvrage à paraître : Mary Shelley. Au-delà de Frankenstein (Éditions du Félin, 21 juin 2018).

Notre avis :

Mary Shelley : Au-delà de Frankenstein est un texte qui sort de l’ordinaire, une biographie certes et tellement bien écrite qui se lit comme un roman, mais aussi un essai sur une époque, celle de Mary qui se transforme en traité sur notre époque et en véritable étude sur la psychologie de l’homme au fil des siècles.

Il s’agit d’un livre matriochkas, (poupées russes) chaque fois que j’ai essayé de le définir j’ai trouvé un autre angle possible.

Érudit tout en étant accessible l’ouvrage de Cathy Bernheim est une merveille.

Une première partie plus axée biographie vous plongera dans la vie de Mary Shelley en donnant les clés des événements qui ont conduit à la genèse du livre qui fête cette année les 200 ans de sa première publication. J’ai aussi trouvé remarquable l’analyse de Frankenstein faite par l’auteure.

Dulcis in fundo, après quelques lignes déjà présentes dans le livre sur la IA, les derniers chapitres abordent les thématiques de l’homme nouveau, de l’intelligence artificielle et du transhumanisme de façon magistrale.

La lecture de Frankenstein est dans les bibliographies de plusieurs cours de philosophie sur le transhumanisme et le livre de Bernheim pourrait être un complément précieux.

Je vous conseille aussi une très belle pièce de théâtre « Mademoiselle Frankenstein » que j’espère sera de nouveau en scène prochainement.

En attendant lisez et relisez Frankenstein et courrez acheter Mary Shelley : Au-delà de Frankenstein, vous allez l’adorer.

❤❤❤❤❤(❤)

Éditions du félin 

Aliss

Résumé de l’éditeur:

Alice a dix-huit ans. Curieuse, intelligente et fonceuse, elle décide un jour de quitter sa province pour s’installer à Montréal. La métropole. La ville de tous les possibles.
À son arrivée, suite à une rencontre inattendue, Alice débarque dans un quartier peuplé d’excentriques. Comme Charles, mathématicien dandy et tourmenté ; Verrue, fumeur de joints et amateur de chansons populaires ; Andromaque, poétesse et tenancière d’un club de strip-tease un peu « spécial » ; ou les inquiétants Bone et Chair, fascinés par la torture.

Alice mord la vie à pleines dents, prête à tout pour entrer dans le mystérieux Palais, où les hôtes privilégiés de la Reine Rouge se réunissent pour laisser libre cours à leurs fantasmes les plus extravagants, ou les plus cruels…

Mon avis:

Cette Alice/Aliss de Patrick Senécal n’est pas une histoire pour enfants. Le récit revisité d’Alice au pays des merveilles se passe à Montréal, la jeune protagoniste se donne trois mois pour être autonome mais elle atterrira dans un quartier pas comme les autres…
Dans un lieu où une certaine Reine Rouge fait la loi.
Une descente en enfer décrite avec minutie.
Thriller, conte de méfaits, un livre qui ne peut que séduire.
La description des personnages est brillante et ce roman est, permettez moi de le dire clairement, complètement dingue!
L’extrême violence des situations que Aliss vit est décrite avec subtilité.
Si vous vous posez des questions sur Nietzsche, sachez que notre héroïne aussi, le philosophe accompagne Aliss tout au long de l’histoire.
Devenir une Surfemme quel défi!
Une très belle œuvre littéraire.

❤️❤️❤️❤️❤️

Éditions Fleuve