Les danseurs de l’aube

Mot de l’éditeur :

EUROPE CENTRALE – ANNEES TRENTE. Après avoir fui la révolution russe, les jumeaux Sylvin et Maria Rubinstein se découvrent un talent fulgurant pour le flamenco. Très vite, Varsovie, Berlin et même New York sont à leurs pieds. Lorsque le Continent sombre dans la guerre, les danseurs sont séparés, et Maria disparaît. Pour venger sa soeur tant aimée, Sylvin ira jusqu’à se glisser dans la peau d’une femme. Et c’est ainsi travesti qu’il s’engage dans la Résistance pour lutter contre les nazis. HAMBOURG – 2017. Lukas, jeune homme à l’identité trouble, rencontre la sulfureuse Iva sur la scène où Sylvin dansait autrefois. Fuyant leur passé, ils partent à leur tour en road-trip dans l’Europe interlope. Au fil des cabarets, leur flamenco incandescent et métissé enflamme les passions. Mais il suscite, aussi, la violence et l’intolérance. Jusqu’à ce que Lukas commette l’irréparable pour protéger Iva… À près d’un siècle de distance, Marie Charrel retrace le destin d’artistes épris de liberté, rattrapés par la folie du monde. Mais prêts à se battre jusqu’au bout pour défendre qui ils sont.

Biographie de l’auteur :

Marie Charrel est journaliste au Monde. Dans ce sixième roman, elle s’empare de l’incroyable destin de Sylvin Rubinstein, prodige du flamenco, juif, résistant et figure injustement oubliée de l’histoire.

Notre avis :

Marie Charrel fait partie des autrices que je suis, j’ai découvert son talent et sa bouleversante poésie avec : “Je suis ici pour vaincre la nuit. Yo Laur (1879 – 1944) en , 2017 et “Une nuit avec Jean Seberg” en 2018 a confirmé mon amour pour sa plume.

Quelle joie donc d’apprendre un peu par hazard lors d’un VLEEL, la publication de son prochain roman !

“Les danseurs de l’aube” est, tout comme ses autres textes, un prodige.

Les chapitres alternent le récit de la vie de  Sylvin et Maria Rubinstein et de celle de Lukas et Iva, le fil conducteur est le Flamenco.

Nous découvrons les drames vécus par la famille de Sylvin, ses exiles. Fils illégitime d’un aristocrate russe et d’une danseuse juive polonaise, Sylvin Rubinstein a d’abord connu des jours heureux dans les années 1930, aux côtés de sa soeur jumelle, Imperio et Dolores (noms de scène) pouvaient se produire encore librement et montrer leur talent.

En 1939 ne pouvant plus travailler en Allemagne nazie – les artistes juifs sont interdits – ils s’installent en Pologne, la guerre commence et les voilà contraints de porter l’étoile jaune et de gagner le ghetto de Varsovie. 

Le danseur perdra sa sœur et partenaire.

L’autrice écrit : « Sylvin sombre dans une tristesse à l’intensité presque aussi vive que sa colère ». Le rôle de Sylvin dans la résistance sera précieux et les mots pour le décrire sont particulièrement appropriés.

La rencontre de Lukas et Iva se fait lors du G20 de 2017 à Hambourg, tout les sépare mais l’ouverture d’esprit et le Flamenco les unissent.

La différence est une richesse et la nécessité de résister traverse le temps.

La danse et la force des artistes nous guident au fil des pages mais il est également question de s’armer contre les préjugés qu’ils soient liée à la religion, à la naissance dans un pays différent ou comme pour Lukas à son identité de gendre non définie.

J’avoue avoir pensé aux horribles slogans entendus dans des manifestations en France en 2020.

Le roman de Marie Charrel est un hymne à  la tolérance.

Une œuvre pleine de sensibilité portée par une écriture qui passionne et transmet beaucoup d’émotions.

Je vous laisse découvrir l’histoire dans l’histoire qui est à l’origine du titre et du final remarquable du livre.

L’écrivaine cite ses lectures parmi lesquelles figure « Les 948 Jours du ghetto de Varsovie » de Bruno Halioua (Liana Levi) que je vous conseille aussi de lire.

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Les Éditions de l’Observatoire

Marie Charrel
Extrait
Extrait
Sylvin Rubinstein était un danseur russe, membre de la résistance au nazisme pendant la deuxième guerre mondiale

La loi des hommes

Mot de l’éditeur :

Jacques est cantonnier à Houtkerque, dans le Nord. Ce qu’il découvre ce matin-là dans la sépulture centenaire de J. Wallace Hardwell va bouleverser sa vie.

Une enquête secrète aux relents nauséabonds menée par un inspecteur de Scotland Yard dans les bas-fonds du Londres de Jack l’Éventreur. Entre crimes et passions, amour et trahison, là où s’affrontent l’honneur et l’horreur de la loi des hommes.

Un thriller historique aussi efficace qu’actuel.

Avant de se consacrer à l’écriture, Wendall Utroi était Officier de police judiciaire en investigations. Il a remporté en 2018 le Prix des lecteurs des plumes francophones. La Loi des hommes est son huitième roman.

Biographie de l’auteur :

Wendall Utroi, ancien policier formateur, vit aujourd’hui à Romans-sur-Isère. Il diffuse son premier roman sur Internet en 2014 et rencontre un succès inespéré. Auteur de sept romans, il reçoit en 2018 le Prix des lecteurs des plumes francophones. L’un de ses romans, Wanda, a fait l’objet d’un court métrage tourné au Canada ayant remporté deux prix internationaux.

Notre avis :

Les romans de Wendall Utroi me passionnent et “La loi des hommes” ne fait pas exception.

Jacques, un cantonnier de la ville de Houtkerque chargé de vider une tombe, découvre un manuscrit écrit en anglais, il décide de le soustraire momentanément pour en savoir plus.

Grâce à la traduction de sa fille, il peut avoir accès aux troublantes mémoires de J. Wallace Hardwell, inspecteur de Scotland Yard, chargé d’une enquête qui éclabousserait la Royal Family.

Nous voilà dans une capsule temporelle vers l’Angleterre de la Reine Victoria.

À Londres, les beaux quartiers entourant Westminster sont les véritables antithèses des quartiers sombres, humides et abjects qui forment le cadre de vie des plus infortunés. Ce cadre idéal pour les histoires les plus effrayantes fut justement le théâtre des actions de l’un des hommes les plus funestes de l’histoire anglaise : Jack l’Eventreur. 

Dans l’est de Londres, Whitechapel voit s’entasser des dizaines de milliers de personnes dans une misère épouvantable où tous les moyens pour survivre sont permis.

Jaques et sa fille découvrent le peu d’importance donnée à la vie de celles et ceux qui ne sont pas bien nés.

Les personnages de la partie victorienne de l’histoire sont complexes, les ombres et les lumières de leurs personnalités contribuent largement à faire de ce livre un roman prenant.

Très intéressante également l’évolution de la famille de Jaques.

Qualité d’écriture toujours aussi remarquable.

Un thriller historique et social à lire sans hésiter, je vous conseille aussi les précédents romans de l’auteur, si vous ne les avez pas encore lus, et “Les Bas-Fonds de Londres : Crime et prostitution sous le règne de Victoria”, un guide, ou comme le dit l’auteur, une photographie, de cet autre Londres victorien.

❤️❤️❤️❤️❤️

Slatkine & cie 

Wendall Utroi
Extrait
Extrait
Prince Albert Victor

Corvidés

Mot de l’éditeur : 

Nicolas Berger, journaliste à La Gironde est prévenu : « Les gratte-papiers qui mettent le nez dans mes plumes ne savent pas à qui ils ont affaire. Cette histoire ne les regarde pas, ils sont ici que pour vendre du papier, ternir l’image de notre village ». Cabossé par une histoire de cœur qui a mal tourné, il pensait se mettre au vert en acceptant cette enquête à Salerac, du tout cuit d’après son rédacteur en chef. Mais la petite affaire de lettres anonymes au milieu des vignes est plus tordue que prévu et le reporter va y laisser des plumes. Pas de mobile et trop de suspects, surtout quand Nicolas Berger se laisse embarquer par des belles rencontres et perd le fil de son enquête

Biographie de l’auteur :

David Gauthier est né en Gironde. Enfant, il est marqué par la lecture d’Harry Potter et envisage un temps de devenir sorcier professionnel avant de se rendre compte que ce métier n’existe pas. Tant pis, il sera journaliste. Tant mieux, il sillonne les campagnes de sa région et prend des cafés avec tout le monde. Ce qui lui donne beaucoup d’inspiration et un début de tachycardie.

Notre avis :

David Gauthier, profession journaliste, nous enthousiasme avec un premier roman original et prenant.

Enquête de journaliste !

Écriture de romancier !

Nicolas Berger, “envoyé spécial anti Corvidés” doit dénicher l’auteur des lettres anonymes qui sévit dans une petite commune, il sera confronté à son histoire personnelle et à celle qui se dessine à Salérac.

Le journaliste local et son ami du siège du journal La Gironde l’aideront dans la recherche du corbeau.

Dans l’excellente série télé Superman & Lois, nos journalistes, fraîchement installés à Smallville, nous font découvrir la vie dans une petite ville pleine de secrets dans la terre du maïs. Nicolas nous fait découvrir à travers ses rencontres et ses investigations, les arcanes d’un village français dans la terre des vignobles. Les pesticides dans le monde vinicole sont la Kryptonite du Sud-ouest.

Équivoques, histoires intimes et vérités politiques dissimulées se succèdent.

Qui agit dans l’ombre et pourquoi ?

Le livre est extrêmement bien documenté ce qui a dû nécessiter un travail de recherche remarquable.

La pratique des lettres anonymes n’est guère nouvelle et l’usage du mot corbeau remonte à de sombres heures de l’histoire. On rappelera « L’affaire du corbeau » (1917-1922) dans laquelle 110 lettres anonymes furent envoyées à Tulle, pour laquelle Angèle Laval fut condamnée en 1922 et popularisée dans le film chef-d’oeuvre de Clouzot « Le Corbeau » en 1943.

En littérature, les exemples de dénonciations anonymes sont également nombreux, je pense aux “informations” sur Odette dans “Un amour de Swan” de Proust.

L’auteur écrit d’une façon pétillante et imagée, avec une langue riche et un vocabulaire choisi.

Aucune longueur, aucun temps mort, ce livre vous tient en haleine de la première à la dernière page.

Un récit séduisant, j’ai beaucoup aimé ce roman et je le conseille ardemment.

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

ENVOLUME

David Gauthier
Extrait
Extrait