Une nuit avec Jean Seberg

Marie Charrel brillante journaliste et auteure talentueuse nous a déjà conquis avec ses précédents livres.

Personnellement j’apprécie cette écrivaine pour sa plume mais aussi pour sa personnalité et ses convictions.

Ce nouveau roman était pour moi attendu.

« Une nuit avec Jean Seberg » va au-delà de toutes mes attentes, c’est une perle rare.

Une fiction certes mais tellement bien documentée et captivante que la plongée dans l’histoire est totale, impossible d’en émerger.

Elisabeth et les quatre générations de sa famille sont le portrait d’un siècle, le portrait « des possibles ».

Marie Charrel nous fait voyager dans le temps, les époques changent mais le lecteur n’est jamais perdu, tout a un sens, tout se tient.

Lisa est métisse: son arbre généalogique inclus des origines algériennes par sa mère et afro-américaines par son père.

Après les bouleversants événements du 8 février 1962 à Paris et la mort de son jeune ami Daniel ( Inspiré par Daniel Fay militant communiste mort à 16 ans lors de la dramatique manifestation qui est décrite dans le livre ) une rage immense commence a envahir la jeune fille.

J’ai pensé en lisant cette partie du livre à la chanson italienne de Francesco Guccini La locomotive : « …peut être une rage ancienne, générations sans nom qui crièrent vengeance et lui aveuglèrent le cœur, il oublia la bonté et égara sa pitié … ».

Notre Elisabeth vivra dans cet ouvrage beaucoup d’épreuves dans ses années de jeunesse quand la force de l’âge se confond avec les certitudes et sera troublée et changée par sa rencontre avec Jean Seberg en 1970.

Un corps plus fragile mais toujours une force d’esprit hors du commun, elle est prête, quand son petit-fils Alexandre disparaît, à replonger dans le passé pour réparer le présent.

Elle s’éveille comme Paris ( magistrale description du Paris nocturne et matinal page 108 du livre qui fait écho à la chanson « Paris s’éveille » de Jacques Dutronc ).

J’ai eu, jeune étudiante, la chance de rencontrer Ethel Kennedy, femme de Bob Kennedy qui venait parler d’une biographie dédié à RFK «  Le rêve brisé ». Elle nous a expliqué que très souvent images du passé et événements du présent lui semblaient se superposer tout comme pour Elisabeth qui rue Charonne ne peut que se revoir à 15 ans lors de sa première participation à une manifestation. Ethel a continué le combat de Robert contre la peine de mort et soutenu Barack Obama. 

Paul Beatty auteur afro-américain vainqueur du Man Booker Prize en 2016 écrit dans Moi contre les États-Unis d’Amérique : « C’est le problème avec l’histoire, on se plaît à penser que c’est un livre – qu’on peut tourner cette page qui nous hante et passer à autre chose. Mais l’histoire n’est pas le papier sur lesquel on l’imprime. L’histoire c’est la mémoire, le temps, les émotions, une chanson. L’histoire c’est ce qui te colle à la peau ».

Son amie Jean, la confidente de quelques nuits, colle à la peau d’Elisabeth et l’accompagnera tendrement tout au long de sa vie.

J. est engagée politiquement mais sa fragilité la conduira dans une inexorable descente aux enfers.

Romain Gary le plus connus de ses époux et figure essentielle dans sa vie ne la sauvera pas, beaucoup profiterons de la belle actrice.

L’humanité qui vit toujours dans la peur de l’autre dans la crainte de la différence est aussi un fil conducteur de ce récit : éradiquer la bêtise n’est pas chose simple.

Le final que la plume de Marie Charrel nous offre est sublime mais évidemment je vous laisse le découvrir.

Une note de l’auteure nous propose des idées d’approfondissement sur les sujets traités et cela peut être un moyen d’aller plus loin avec, comme le ferait Elisabeth, une pensée pour J.

« Une nuit avec Jean Seberg » sortira le 20 septembre et je vous le conseille vivement, c’est un énorme coup de cœur.

Les madeleines après cette lecture ne vous feront plus penser uniquement à Proust.

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Fleuve 

Merci à Marie Charrel pour cette belle dédicace et à l’éditeur Fleuve pour ce livre incroyable.

 

Hôtel Waldheim

La carte postale a été pour plusieurs générations le souvenir d’un lieu, d’une histoire, d’une œuvre d’art, et personnellement, même dans notre ère digitale, j’adore ces rectangles en carton.

Tout commence avec une vieille carte postale anonyme d’un Hôtel Suisse bien connu dans sa jeunesse par Jeff Valdera, le protagoniste du livre.

Un voyage vers le passé, un chemin dans la mémoire.
D’abord les certitudes puis la construction d’un puzzle qui ouvre, en se remplissant, la porte au doute.

Jeff Valdera a-t-il involontairement été un espion ? Qu’est-il arrivé au père de Frida ?.
« L’espionnage serait peut-être tolérable s’il pouvait être exercé par d’honnêtes gens » disait Montesquieu dans « De l’esprit des lois »
François Vallejo nous fait connaître au fil des pages la face cachée de chaque personage et nous cherchons de plus en plus à découvrir qui sont les « honnêtes gens » dans la partie d’echecs qui se joue à l’Hôtel Waldheim.
J’ai aimé ce roman tout à fait original et surprenant.
Mention spéciale pour Frau Finkel obsédée par Thomas Mann.

❤️❤️❤️❤️❤️

Viviane Amy

Invasion

Invasion est un livre totalement disjoncté et amusant.

Il est bien question d’extra -terrestres mais nous sommes loin de la Guerre des mondes.

Les envahisseurs venus d’un monde parallèle sont, mutatis mutandis, plus proches des Tribules (petits animaux affectueux en forme de boule de poils) présents dans le mythique épisode de Star Treck série originale et repris aussi par Deep Space nine que des méchants Aliens de notre imaginaire. 

Luke Rhinehart utilise les Protéens venus sur terre pour construire une satire de la société américaine et plus en général de notre mode de vie. Nous pouvons trouver dans le dictionnaire de nos extraterrestres :

“Changement climatique : processus actuellement en cours mais dont nombre d’Américains nient l’existence, parce qu’ils estiment que seul Dieu peut contrôler la météo. Le reste des Américains, blasés, haussent les épaules”. Juste pour vous donner un exemple.

Pas d’ennuie en lisant ce livre, action et rebondissements sont au rendez-vous.

La famille Morton, les humains du “premier contact”, est enrôlée et se retrouve dans une multitude de situations bien compliquées pour aider les “machins intelligents” qui veulent s’amuser sur terre se révélant plus profonds et engagés que prévu.

Une lecture bien sympathique avec rire garanti.

Une belle histoire utile aussi pour réfléchir sur notre société.

Résumé de l’éditeur :

Des boules de poils intelligentes débarquent sur Terre. Venues d’un autre univers, elles n’ont d’autre but que de s’amuser. L’une d’entre elles, Louie, est adoptée par Billy Morton, un Américain moyen plein de bon sens. Quand les autorités décident de se saisir de ces bestioles, Billy et sa famille, échaudés par l’Amérique contemporaine où ils se sentent de moins en moins à l’aise, prennent la tangente : peut-être que, finalement, la sagesse n’est pas du côté du pouvoir politique, mais du côté de cette anarchie sympathique, de cette libération improbable que cette invasion apporte.

❤️❤️❤️❤️❤️

Aux Forges de Vulcain

Merci à l’éditeur pour cet ouvrage.