Cassandra Darke


Mot de l’éditeur :

Cassandra Darke, Londonienne pur jus, vieille teigne misanthrope, mauvaise coucheuse en surcharge pondérale, n’est pas sans rappeler le célèbre Scrooge de Dickens. Elle ne pense qu’à elle-même et aux moyens de préserver le confort dont elle jouit dans sa maison de Chelsea à 8 millions de livres. La galerie d’art moderne de son défunt mari a été le théâtre de fraudes qui l’ont mise en délicatesse avec la justice et au ban de son milieu. Mais Cassandra s’accorde le pardon, au prétexte qu’«à côté de tous ces meurtriers récidivistes, on se sentirait presque comme Blanche-Neige». Ses fautes n’impliquent «ni violence, ni arme, ni cadavre». Hélas, dans son sous-sol, une ex-locataire, la jeune et naïve Nicki, a laissé une surprise qui pourrait bien s’accompagner de violence et d’au moins un cadavre… 

Affinant encore sa virtuosité unique, entre roman et bande dessinée, Posy Simmonds poursuit la fresque de l’Angleterre moderne entreprise dans ses livres précédents et donne sa vision au scalpel du Londres brutal et fascinant d’aujourd’hui, «entre paillettes et galères». Son cœur, comme toujours, penche pour les chiens perdus, mais le portrait qu’elle trace de Cassandra, cette femme trop riche à l’hiver de sa vie, est vibrant d’empathie. Pur plaisir. Pur Posy.

Biographie de l’auteur :

Dessinatrice vedette du Guardian depuis 1977, Posy Simmonds accède à la notoriété internationale en 2000 avec la publication de son premier roman graphique, Gemma Bovery, triomphe confirmé en 2008 par Tamara Drewe, puis par Cassandra Drake, best-seller au Royaume-Uni depuis sa parution en novembre 2018. Elle vit à Londres.

Notre avis :

Quel roman graphique épatant. Le style élégant, le dessin inimitable de l’auteure et son souci du détail sont au rendez-vous. 

J’ ai été ravie de lire le nouvel ouvrage de Posy Simmonds ! Des superbes graphismes et des conversations pleines d’esprit, cette bande-dessinée est une exquise lecture et une convaincante reprise de «Un chant de Noël» roman victorien de Charles Dickens.

Cassandra a vendu des reproductions en les faisant passer pour des pièces uniques dans son ancienne galerie d’art très chic et vient d’être reconnue coupable par un tribunal. Elle est loin d’être sympathique, une femme âgée grincheuse et malveillante mais, tout comme Scrooge, elle deviendra une véritable héroïne et une bienfaitrice. Les personnages sont vraiment bien conçus avec abondance de détails concernants leur vies, à mon avis, celle-ci est une très bonne lecture pour se lancer dans l’univers de cette artiste ou continuer de découvrir son travail.

Le Londres moderne est de plus en plus semblable à Oliver Twist dit l’auteure et cette Œuvre apparaît également être une brillante satire de la situation actuelle du Royaume-Uni.

Un livre spirituel, acerbe, triste et poignant.

❤️❤️❤️❤️❤️

Denoël 

En VO
Posy Simmonds
Extrait Cassandra Darke
À lire aussi !
Gemma Bovery
Le film
Tamara Drewe

Winter is coming

Parution 02/05/2019

Mot de l’éditeur : 

Une brève histoire politique de la fantasy

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thronesest désormais la série la plus célèbre au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine. 

G. R. R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J. R. R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E. Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Biographie de l’auteur:

William Blanc est historien. Il est notamment l’auteur de Super-Héros, une histoire politique(Libertalia, 2018) et Le Roi Arthur. Un mythe contemporain (Libertalia, 2016).

DU MÊME AUTEUR
AUX ÉDITIONS LIBERTALIA

Notre article sur :

Notre avis :

William Blanc et les éditions Libertalia nous ont habitués à des textes très bien documentés qui ouvrent la voie à une vision “politique” et à des interprétations pas ordinaires des légendes, ou des Super-héros et maintenant de la Fantasy.

Winter is coming se presente toutefois au lecteur dans un gabarit différent par rapport aux précédents ouvrages de l’auteur, il s’agit d’un court essai format poche, qui donne envie de dire, j’en veux plus je ne veux pas que le livre se termine !

Écriture fluide et prenante, une fois sur les traces de William Morris, de Tolkien et des autres écrivains que nous retrouvons dans les pages de cet essai l’envie prédominante est de ne pas s’arrêter, de suivre les pistes. L’œuvre de Blanc est de celles qui nous « forcent » à lire davantage sur le sujet grâce aussi aux riches indications « pour aller plus loin » fournies par l’historien. 

J’ai été ravie de découvrir et lire « Winter is coming », les parallèles avec notre société et l’actualité sont plus que pertinents. La description de l’inspiration que Tolkien tire de William Morris (incroyable et éclectique personnalité de l’époque victorienne : artiste, penseur politique, traducteur, écrivain et éditeur) est aussi due à l’idée d’une modernité qui n’est pas uniquement porteuse d’un avenir meilleur pour la planète et ses habitants.

Une lecture que je recommande, à partager avec les fans de Games of Thrones certes, mais également avec celles et ceux qui se questionnent et ont envie d’ouvrir leur vision sur la littérature et l’écologie. « Winter is coming » est bien une métaphore de la menace croissante du réchauffement climatique. Évoquée constamment par le amateurs et les  exégètes de l’auteur, cette explication a été confirmée par George R. R. Martin en 2018.

Vous l’aurez compris pour moi c’est encore un livre intelligent chez Libertalia qu’il faut lire !

❤️❤️❤️❤️❤️

Libertalia

William Blanc
Game of Thrones
George R. R. Martin
William Morris
William Morris artiste et créateur
Roman de William Morris
4ème de couverture
Texte politique
Un conseil de lecture !
Un conseil de lecture !
Une biographie du jeune Tolkien que je conseille aussi.

Le Plancher de Joachim

Le magnifique livre de Jacques-Olivier Boudon vient de sortir en format poche dans la prestigieuse collection Folio histoire, il s’agit d’une édition augmentée.
Prix Georges Goyau de l’Académie française 2018

Mot de l’éditeur :

À quelques kilomètres d’Embrun dans les Hautes-Alpes, sur les bords du lac de Serre-Ponçon, jaillit soudain un château aux allures médiévales, le château de Picomtal. Au début des années 2000, les nouveaux propriétaires effectuant des travaux découvrent, au revers des planchers qu’ils sont en train de démonter, des inscriptions. Cent vingt ans plus, au début des années 1880, le menuisier qui a monté le parquet dans les différentes pièces s’est confié. L’homme sait qu’il ne sera lu qu’après sa mort. Il adresse un message outre-tombe et parle de lui, de ses angoisses, de sa famille, de ses voisins, faisant revivre une société villageoise confrontée au progrès économique matérialisé par l’arrivée du chemin de fer, mais aussi à l’avènement de la République. Mais c’est surtout quand il évoque les secrets des uns et des autres, quand il parle de sexualité, que Joachim Martin s’avère un témoin passionnant des moeurs souvent cachées de son temps. On dispose de peu de témoignages directs des gens du peuple, mais cette façon de s’exprimer est totalement inédite. Qui plus est ces confessions revêtent un caractère exceptionnel. À travers son témoignage, sur lui-même et son village, c’est ainsi toute une époque qui revit.

Biographie de l’auteur :

Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, est professeur d histoire contemporaine à l’université Paris Sorbonne où il dirige aussi le Centre d’histoire du XIXe siècle et l’Ecole doctorale d’histoire moderne et contemporaine. Président de l’Institut Napoléon et directeur scientifique de la Bibliothèque Marmottan, il a publié une trentaine d’ouvrages consacrés à l’Empire et à l’histoire du XIXe siècle, dont deux couronnés par un prix de l’Académie des sciences morales et politiques.

Notre avis :

Le livre dont je vais vous parler, est plus que un coup de cœur, il fait partie d’une catégorie un peu à part que je définirais « s’émerveiller avec l’histoire » effet que j’ai eu aussi avec « Les Rois Thaumaturges » de Marc Bloch, « La naissance du Purgatoire de Jacques Le Goff et « Une petite ville nazie » de William S. Allen entre autres.

Le Plancher de Joachim de Jaques-Olivier Boudon est un véritable cadeau pour les habitués et amoureux des recherches historiques mais aussi pour celles et ceux qui pourraient s’y intéresser grâce à la beauté et accessibilité de cet essai.
Le livre, magnifiquement écrit, est le fruit de l’analyse et l’étude de 72 lattes dont les faces cachées se trouvent écrites par le menuisier qui, autour de 1880, accepte de refaire le parquet du château de Picomtal, ses écrits, tracés – sans doute – avec son crayon de travail dressent un portrait du village de Crottes, de la vie de la région et de la période historique que Joachim Martin traverse.

Je ne peux m’empêcher de penser à « Spoon River » d’Edgar Lee Masters où les morts témoignent de ce que furent des existences souvent marquées par la souffrance et la duplicité des membres de la communauté.
Notre menuisier sait que la lecture de ses planches adviendra après sa mort et il n’est donc pas apeuré par les jugements possibles, il écrit avec simplicité sa vision de l’époque qu’il vit en véhiculant un message puissant et rare.

Joachim, par exemple, éprouve un sentiment positif pour les avancées apportées par la République et, très lié à notre actualité, il manifeste son attachement à l’éducation pour toutes et tous.

Boudon reconstruit l’histoire de la famille de Joachim Martin en s’appuyant sur tous les documents de l’état civil et autres pièces écrites accessibles de nos jours, on a l’impression de connaître le menuisier et sa vie et de l’imaginer écrire ses mémoires sur les planches en bois qui sont son quotidien.
Un livre qu’il faut absolument savourer, offrir et partager, un témoignage unique, riche et passionnant.

Une recherche historique qui se lit comme un reportage, presque comme un roman, cet ouvrage vous ravira.

Je vous conseille également de suivre l’auteur et lire ses autres œuvres, j’en ai été conquise

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Éditions Belin et Folio histoire

Un artiste anglais, Vaughan Grylls a exposé, dans une  galerie londonienne, des sommiers faits de lattes de bois, sous  lesquelles on peut lire les propos de Joachim  traduits en anglais
Les planches
Édition Belin
Édition Folio
Édition Folio
Château de Picomtal
Jaques-Olivier Boudon

Argent animal

Mot de l’éditeur :

Lors d’une conférence sur la finance en Amérique du Sud, cinq économistes développent un concept de monnaie vivante, capable de se reproduire. Bientôt l’argent animal croît et se multiplie, envahissant le monde.

Biographie de l’auteur :

Ne en 1970. écrivain, traducteur et professeur de littérature, Michael Cisco a publié outre-Atlantique plus d’une dizaine de romans. Il vit à New York. Il est souvent décrit comme le Kafka américain. Ses deux premiers romans, The Tyrant et The Divinity Student, paraîtront en 2019 et 2020 Au Diable Vauvert.

Biographie du traducteur :

Né en 1962, Claro est l’auteur d’une quinzaine de fictions. Egalement traducteur de l’anglais (une centaine d’ouvrages traduits : Vollmann, Gass, Gaddis, Rushdie, Moore…), il est membre du collectif inculte. Il tient un blog littéraire : « Le Clavier cannibale ». Il écrit une chronique dans Le Monde des livres « le feuilleton de Claro » et son prochain livre « Substance » paraîtra en août 2019.

Notre avis :

Quelle excellente lecture, troublante et surréaliste. J’ai lu cet ouvrage deux fois.

Le livre déroule son intrigue autour de cinq économistes qui participent à une conférence et proposent le concept de monnaie animale, dans un nouveau système économique bizarre et fascinant … sauf que ce n’est pas si simple à mettre en place. Dans cette réalité future fictive crée par Cisco, les économistes (à l’instar d’autres universitaires) sont une puissante organisation presque une secte. L’idée de l’argent animal qui prend racine dans leur imagination dérange beaucoup de monde et une série d’événements étranges commence à se produire. 

Le complot, avec toutes sortes de forces et puissances en place essayant de supprimer l’idée de la monnaie animale et d’arrêter ses créateurs se met en place rapidement et nous submerge de pistes, de situations et d’épisodes variés. Au fil des pages tout devient de plus bizarre autant q’étrange. Nous découvrons des extraterrestres, des voyages dans l’espace, un narrateur fantôme mort, un journaliste qui boit beaucoup, une araignée géante qui gère une île qui apparaît de nulle part et qui communique avec des personnes buvant son venin (ou quelque chose du genre), un scientifique qui peut être ou non une création fictive et bien oui nous découvrons tout ça et plus encore dans ce récit peu commun et peuc commun.

Je  vous laisse naturellement découvrir le rôle et l’évolution de chaque personage. L’un de mes préférés est sans doute, SuperÉsope.

Nous sommes en présence d’une histoire incroyablement imaginative. Cisco nous plonge dans son univers fantasmagorique et pourtant cohérent si on se laisse transporter par la cascade de mots de l’auteur. Ce roman est fantastique et possède un merveilleux élan narratif. C’est l’une des œuvres les plus intenses et en même temps amusantes et oniriques que j’ai eues à lire depuis des années. Philosophie, critique du système capitaliste ce livre est une aventure littéraire avec un style unique.

Je suis vraiment impatiente de lire plus de livres de Michael Cisco.

J’espère que ses œuvres récentes, déjà publiées aux Etats-Unis, le seront aussi en France, je pense par exemple à The Wretch of the Sun.

Au Diable Vauvert 

❤️❤️❤️❤️❤️

Michael Cisco
Couverture du livre en version américaine
Vonn Stropp auteur de la couverture d’Argent animal
Vonn Stropp auteur de la couverture d’Argent animal
Extrait
Extrait
Extrait
Extrait SuperÉsope
Extrait SuperÉsope
Kafka La Métamorphose

Le Vampyre

Mot de l’éditeur :

Au mois de mai 1816, le poète anglais Lord Byron, son médecin et secrétaire John Polidori, Mary Godwin (future Mary Shelley) et le philosophe et  poète Percy Shelley séjournent près de Genève.

Le soir, réunis autour du feu, ils aiment se lire à haute voix des poèmes sur les vampires. Par une nuit particulièrement agitée, ils décident de se divertir en écrivant chacun une histoire de fantôme.

Mary Godwin, qui avait dix-neuf ans, commence ce qui allait devenir Frankenstein ; Lord Byron écrit un fragment sur un vampire aristocrate appelé Darvell. À partir de ce fragment, Polidori, alors âgé de vingt-et-un ans, écrit Le Vampyre (1819).

Un étranger arrive à Londres. Il séduit hommes et femmes, mais semble enveloppé de ténèbres. Qui est-il ? Se pourrait-il qu’il soit une créature maléfique ?

Dans ce bref roman, Polidori invente la fgure moderne du vampire, en croisant les légendes qu’il a recueillies en voyageant avec Byron, et un portrait  peu flatteur de son employeur, aristocrate séducteur, froid et destructeur. Immense succès des années 1820, ce texte inspire  suites et adaptations théâtrales. La continuation la plus connue est ici reproduite à la suite du texte de Polidori : Le Comte Ruthwen ou les Vampires de Cyprien Bérard (1826), un récit empreint de romantisme noir.

Traduction d’Arnaud Guillemette.

Postface de Thomas Spok et David Meulemans, qui étudie la naissance de ce mythe et de cette matrice allégorique, deux cents ans après sa première publication.

Biographie de l’auteur :

John William Polidori (Londres, 7 septembre 1795 – Londres, 24 août 1821), fils de Gaetano Polidori, est un écrivain italo-anglais. Il est notamment connu pour la nouvelle Le Vampire (The Vampyre), parue en 1819 et qui popularise le thème du vampirisme dans la littérature.

Notre avis :

Aux Forges de Vulcain nous propose un livre dans un format qui présente « Le Vampyre » de John William Polidori, sa suite « Le Comte Ruthwen ou les Vampires » de Cyprien Bérard et une intéressante postface.

Nous pouvons retrouver des créatures avec des caractéristiques proches du vampire, (monstres anthropophages ou suceurs de sang) dans des croyances présentes un peu partout, chez les Babyloniens, les Romains tout comme en Chine. Ces phénomènes naissent de tout un imaginaire associé aux peurs ancestrales de la mort mais aussi au caractère sacré du sang, considéré comme le siège de l’âme et donc interdit de consommation. Du Moyen Âge au XVIIe siècle, la croyance en la vie après la mort n’a jamais été aussi forte, liée à des périodes où coïncidaient épidémies et affaires de pillage de sépultures. On attribue aux vampires la profanation des tombes et les disparitions de jeunes filles vierges entre autres méfaits. L’Église catholique, par ses campagnes menées contre ses grands ennemis comme les sorcières, les bêtes monstrueuses et les vampires, alimente la terreur populaire et encourage la production de traités pour combattre ses êtres démoniaques. Dans « Magia Posthuma », un petit ouvrage de 1706, Ferdinand de Schertz raconte que de son temps, les observations de vampires dans les montagnes de Silésie et de Moravie étaient fréquentes. Les créatures apparaissaient en plein jour comme la nuit. Le seul remède contre ces apparitions était de couper la tête et de brûler le corps du buveur de sang. Emily Gerard dans son récit « Superstitions en Transylvanie » nous explique qu’ils existent deux sortes de vampires : les vivants, généralement des enfants illégitimes et les morts, des revenants tués et transformés par un vampire.

Tout ceci est l’état des lieux du monde vampirique avant la naissance du vampire moderne que Polidori initie dans son livre. L’auteur décrit un vampire cultivé, en apparence romantique, énigmatique, fin charmeur en société mais également loin d’être innocent puisque comme dirait l’écrivaine Morgane Caussarieu « Les gentils vampires n’existent pas ».

Dans « Le Vampyre » Aubrey, un jeune homme orphelin en possession d’une grosse fortune rencontre à Londres le mystérieux Lord Ruthven. Aubrey est fasciné par Ruthven et decide de se rendre en Europe avec lui. Plus Aubrey passe du temps avec Ruthven, plus il découvre d’étranges événements et attitudes, il décide alors de prendre ses distances et s’éloigner de son dangereux compagnon de voyage mais il est déjà trop tard pour sauver tout ce qui lui est cher de la soif du vampire. Lord Ruthven, hérite des traits de tous les grands libertins raffinés et amateurs d’art. Polidori n’est cependant pas l’inventeur de Ruthven, il s’est inspiré de l’oeuvre de Lord Byron écrite la même nuit qui a vu la création de Frankenstein par Mary Shelley. Polidori fut, en effet, le secrétaire et médecin de Byron, homme dont la personnalité excentrique et le mode de vie furent une source d’inspiration pour le fameux Ruthven.

Cette nouvelle est très agréable à lire tout comme sa suite « Le Comte Ruthwen ou les Vampires » de Cyprien Bérard, nous y retrouvons le dangereux Lord Ruthwen qui se rend à Venise et frappe à nouveau, tuant la jolie Bettina et torturant son amoureux, Léonti, qui jure de la venger et décide de se joindre au combat d’Aubrey devenu chasseur de vampires à la recherche de ce monstre insaisissable qui a détruit sa vie. 

J’ai été ravie de la publication et de la lecture de « Le Vampyre ».

Étant une grande amatrice de littératures de l’imaginaire je connaissais Polidori et son texte qui fut acclamé lors de sa sortie mais j’ai découvert le récit romantique et gothique de Cyprien.

La postface signée par Thomas Spok et David Meulemans est une belle surprise et porte un regard intéressant sur l’évolution du mythe du vampire.

« Le Vampyre » est un livre nécessaire pour mieux comprendre les ouvrages qui ont suivi comme par exemple « La Dame pâle » d’Alexandre Dumas, les récits de Mérimée, Maupassant, Gautier, le magnifique « Carmilla » de Sheridan Le Fanuet et évidemment « Dracula » de Bram Stoker. Nous constatons ainsi que à partir de « Le Vampyre » l’écriture a arraché le vampire à la superstition pour en fabriquer un mythe littéraire dont l’empreinte persiste.

Le vampire ne cesse et ne cessera sans doute jamais de faire parler de lui. Refuge de nos contradictions, personnage polyvalent, hybride et énergique, il séduit toujours. S’il n’inspire plus la peur, il reste un objet de fascination. Monstre intemporel, il s’adapte aux époques et aux langages nouveaux.

Juste pour l’anecdote Lord Ruthwen est aussi un vampire personnage de Marvel Comics qui apparaît dans La Terre-616 (Earth-616).

Le vampire littéraire est encore aujourd’hui vivant, ou plus exactement non-mort, il n’est donc pas si simple à enterrer.

Je ne peux donc que vous dire de vous laissez tenter et vous recommander la lecture de « Le Vampyre »

❤️❤️❤️❤️❤️

Aux Forges de Vulcain 

Polidori de Richard Westall 1813
Extrait
Portrait de Lord Byron
À lire aussi !
À lire aussi !
Lord Ruthwen Marvel Comics

Il fallait que je vous le dise

Scénario et Dessin Aude Mermilliod

Parution le 24/04/2019

Mot de l’éditeur :

La rencontre de la dessinatrice Aude Mermilliod et du romancier Martin Winckler. Deux voix pour rompre le silence sur un sujet encore tabou, l’IVG.

Si elle donne le choix, l’IVG ne reste pas moins un évènement traumatique dans une vie de femme. Et d’autant plus douloureux qu’on le garde pour soi, qu’on ne sait pas dire l’ambivalence des sentiments et des représentations qui l’accompagnent. L’angoisse, la culpabilité, la solitude, la souffrance physique, l’impossibilité surtout de pouvoir partager son expérience. Avec ce livre, Aude Mermilliod rompt le silence, mêlant son témoignage de patiente à celui du médecin Martin Winckler. Leur deux parcours se rejoignent et se répondent dans un livre fort, nécessaire et apaisé.

Biographie de l’auteur :

Aude Mermilliod est une illustratrice, graphiste, rédactrice et auteure de bandes dessinées. Originaire de Lyon, cette véritable autodidacte quitte sa ville d’origine après le lycée pour poursuivre des études aux Beaux-Arts de Toulouse. Vivant à côté d’une librairie/galerie,elle découvre le 9e Art en se plongeant dans une incommensurable quantité d’albums divers et variés. En 2014, elle passe une année à Montréal dans un atelier où sont présentes les maisons d’éditions indépendantes québécoises Pow Pow et La Mauvaise Tête. Cela lui permet de travailler sur son projet Les Reflets Changeants, avec lequel elle gagne le Prix Raymond Leblanc de la jeune création en 2015. Il fallait que je vous le dise est son premier titre chez Casterman.

Notre avis :

Un roman graphique pour parler de l’IVG, dessins et textes sont au service de cette divulgation précieuse et originale.

Un échange, un dialogue soignée/soignant écrit avec les mots qui conviennent. Le médecin dans cette bande dessinée est bien connu et particulièrement emblématique, il s’agit de Martin Winckler qui a récemment publié l’excellent L’École des soignantes.

L’auteure a lu Le Chœur des femmes de Winckler, cela lui a fait du bien et a fait germer l’idée de cet ouvrage.

J’apprécie la douceur des dessins et la façon de présenter une thématique importante et sensible.

L’émotion est continue dans cette lecture qui est un trésor à partager.

Une exhortation au respect de la femme à lire et diffuser le plus possible.

❤️❤️❤️❤️❤️

Casterman

Aude Mermilliod
Extrait
Extrait
Extrait
Martin Winckler
Le Chœur des femmes
1974

Moi, Peter Pan

Mot de l’éditeur :

Au Pays Imaginaire, les enfants perdus ont la tête pleine de poux et le ventre fourmillant d’angoisse. Peter, Comte des grimaces et des jeux de Gros-mots, répand sa parole philosophique pour rassurer sa tribu, mais lui aussi est rongé par la tristesse et les doutes depuis le départ de Wendy. Seul face à lui-même, il va devoir affronter sa peur de grandir. 

Moi, Peter Pan est un roman contemplatif, onirique et d’une poésie saisissante à lire en empruntant le chemin vers la deuxième étoile à droite avant de filer tout droit jusqu’au matin…

Biographie de l’auteur :

Michael Roch est un jeune écrivain de Science-Fiction. Il publie ses premières nouvelles dans divers fanzines fantastiques et horrifiques avant d’intégrer les éditions Walrus, célèbres sur Internet pour leurs romans pulps.

Michael Roch est également chroniqueur et l’un des prescripteurs les plus suivis des littératures de l’Imaginaire grâce à la chaîne YouTube qu’il a co-créée : La Brigade du Livre.

Actuellement, il travaille au scénario d’un jeu vidéo littéraire, une expérience de narration immersive : Below, suite à un financement participatif en novembre 2016. Il mène aussi différents ateliers d’écriture afrofuturistes à Fort-de-France, en Martinique, son lieu de résidence.

Notre avis :

Le récit est certes une réécriture de Peter Pan au Pays imaginaire mais il est également Peter Pan au Pays de l’introspection et de la recherche de soi, nous sommes bien en présence d’un compte poétique et philosophique.

Symbolique, tendre et magnifiquement écrit nous voilà virevoltant grâce à la dans la plume magique de l’auteur, j’avais déjà lu et apprécié un précédent livre de Michael Roch “La boite de Schrodinger Exp 1”, dans sa version de l’enfant qui a peur de grandir, l’auteur confirme et amplifie son amour et éblouissant usage des mots.

Peter Pan a fait beaucoup de chemin depuis la pièce de Théâtre de 1904 et le livre de 1911 de l’écrivain écossais J.M. Barrie, son histoire n’a pas vieilli. 

Peter et Wendy ont accompagné l’enfance de plusieurs générations mais ont déjà fait l’objet de revisitations adressés à une audience adulte, pour celles et ceux qui ont décidé de grandir en somme. Un exemple est “Filles perdues” bande dessinée érotique écrite par le Britannique et génial Alan Moore et dessinée par l’Américaine Melinda Gebbie, Wendy en est l’une des protagonistes.

(Funko pop)


Pour les petits l’adaptation Disney en dessin animé de 1953 reste la référence qui a fait découvrir la fée clochette au grand public et vu que : JE VEUX QUE LES FÉES EXISTENT, J’Y CROIS, J’Y CROIS ! Je tiens à vous confier que la Clo de Roch m’a particulièrement enchantée.

Coup de cœur assuré pour ce livre.

Folio SF

❤️❤️❤️❤️❤️

Extrait
Extrait
Michael Roch
Peter Pan de Barrie
Peter Pan dessin animé Disney 1953
Filles Perdues de Alan Moore
Hook 1991
Peter Pan 2003
Pan 2015
Attraction Eurodisney extérieur
Attraction Eurodisney intérieur

Le temps qui reste

Date de parution 28/03/2019

Mot de l’éditeur :

À quoi rêve-t-on quand on a quatorze ans dans un bourg ouvrier de Toscane? Pour Sauro, la réponse a l’allure d’un dieu du rock en boa blanc découvert au début de l’été 1985. Avec le Docteur, Momo et le Trifo, ils vont chanter comme David Bowie et monter «le meilleur groupe de la région». Qu’importe si personne ne sait jouer, s’il faut répéter dans la chambre froide d’un ancien abattoir. Bientôt, rien d’autre ne compte que leur premier concert pour impressionner la belle Bea Tempesti… Vingt ans plus tard, Sauro, qui a coupé les ponts avec sa famille et avec le groupe, reçoit un appel l’informant que son père a disparu. De retour sur les lieux de son enfance, dans l’ombre suffocante de la NovaLago, la centrale géothermique qui étouffe toujours hommes et paysages, Sauro affronte enfin les démons de cet été tragique où sa vie a basculé.

Un suspense brûlant, une construction remarquable pour un premier roman poignant sur l’envers du «miracle italien», la force de l’amitié et le poison de la trahison.

À propos

«La force de ce roman se voit dès le premier chapitre. J’ai eu le sentiment d’une vraie révélation, c’est-à-dire de me retrouver face à l’un de ces talents nécessaires.» Sandro Veronesi

Biographie de l’auteur :

Marco Amerighi, né à Pise en 1982, est enseignant et traducteur de l’espagnol. Il vit aujourd’hui à Milan. Le temps qui reste (Liana Levi, mars 2019) a remporté en Italie le Prix Bagutta du premier roman 2019.

Notre avis :

Sauro, Momo, le Doctor et le Trifo vivent à Badiascarna, (bourg imaginaire situé en Toscane) ils sont l’archétype de la vie des adolescents : tourmentés, amoureux, effervescents selon les moments. Ces jeunes décident de fonder un groupe de post-punk, peu importe ce que cela signifie, car ils ne le savent même pas, rien d’étonnant à 14 ans mais un soir, un soir qui finira par changer le destin de tout le monde, le Trifo disparaît mystérieusement et rien ne sera plus jamais comme avant. Sauro sera chassé par son père; un père qui semble de temps en temps être un autre. Un père qui disparaît, qui fait des discours farfelus, comme si son cerveau se bloquait parfois, un homme qui a du se plier à une silencieuse retraite anticipée.

Histoires de garçons et de parents, d’amour et de musique, de colère, de douleur, de maladie et de mort. Histoires de rancune dans un pays où l’on préfère le secret sur la présence de l’amiante dans la centrale géothermique qui emploie une grande partie des habitants de la petite ville.

Nous ne rencontrons pas les belles vallées ou les villes d’art de la magnifique Toscane mais la partie de la région qui exploite la géothermie et qui évoque plutôt  un paysage dantesque.

Marco Amerighi entrelace le passé avec le présent et le fait avec un extrême naturel. 

L’année 1985 où tout commence, n’est jamais vraiment “passée “ et est « éternellement présente », une sorte de refrain, de fil conducteur de tout le livre. Comme si cette Italie, ce beau pays était incapable de changer et d’avancer positivement.

L’auteur gère habilement les sauts dans temps et ramène Sauro, vingt ans plus tard, à Badiascarna mais le protagoniste du récit, lui,  est profondément transformé. Marco Amerighi cherche le sens et le mystère du temps, qui nous échappe ou se fixe sur les douleurs de l’humanité comme les fibres d’amiante qui se cristallisent dans les poumons. 

Un récit fort, à mi-chemin entre le roman de formation et la dénonciation sociale. L’auteur décrit sans crier, raconte sans tout dévoiler, il ne cherche jamais la compassion du lecteur mais le conduit à réfléchir.

Ce roman se lit rapidement et on en raffole, comme dans un jeu d’arcade des années 1980 pas possible de s’arrêter avant la fin.

❤️❤️❤️❤️❤️

Liana Levi 

Marco Amerighi
Extrait
Extrait
Extrait
Extrait
L’idole David Bowie
Carte de l’amiante en Toscane
Géothermie en Toscane
Ape

Mémoires de dame Pelote, chatte de messire Montaigne

Mot de l’éditeur :

Lorsque Montaigne écrit : « Quand je me joue à ma chatte, qui sçait si elle passe son temps de moi plus que je fais d’elle. » Françoise Armengaud part de ces quelques lignes pour dresser un portrait de Montaigne par sa chatte et dans le dernier chapitre Montaigne as a cat à la manière anglo-saxonne.

Extrait :

Me voilà bien honorée et flattée. Mais plus que la philosophie des poutres, j’aime la sagesse de mon maître, qui est son art de vivre. Parfois je me demande s’il ne m’a pas tout simplement copiée ! En tout cas, comme lui, j’ai toujours pensé que la plus expresse marque de la sagesse, c’est une esjouissance constante, et je suis ravie lorsqu’il ajoute que son état est comme des choses au-dessus de la Lune, toujours serein. N’est-ce pas marque de grande intelligence que de passer le temps quand il est mauvais et incommode, et quand il est bon, de ne le vouloir point passer, le retâter et s’y tenir ? Pas plus tard qu’hier, il me faisait encore la leçon et m’enjoignait ainsi, me répétant la sentence peinte sur poutre : Pelote, accepte en bonne part les choses au visage et au goût qu’elles se présentent à toi du jour à la journée, le demeurant est hors de ta connaissance. Regarde-moi, Pelote : Mon métier et mon art, c’est vivre. Écoute-moi, Pelote ! Les humains sont de grands fous : Il a passé sa vie en oisiveté, disons-nous, je n’ai rien fait aujourd’hui… Quoi ? N’avez-vous pas vécu ? C’est non seulement la fondamentale, mais la plus illustre de vos occupations. Je réplique in petto : Mais oui, mon cher Montaigne, je suis bien d’accord ! Et tu sais bien que les chats ne sont pas des fous ! Lorsque je l’entends proclamer : Je n’ai affaire qu’à moi, je me considère sans cesse, je me contrerolle, je me goûte, je me roule en moi-même, et autres propos de même farine, moi  chatte Pelote, je me dis que vraiment mon maître est pétri de félinité. Je l’ai déjà mainte fois noté. Plus passent les années, plus j’en suis persuadée. Je dirai même que c’est l’humain le plus chat que j’aie jamais connu. Pour sûr, il a été chat dans une vie antérieure et sans doute le redeviendra-t-il dans une vie future. Il a toujours su prendre le temps de vivre, de jouir de soi et du moment présent et à bon escient. Comme s’il avait pour devise de ne se point précipiter pour rien. Ne s’avancer qu’avec prudence, mais si l’on s’avance, le faire avec détermination. J’ai aimé particulièrement ce passage des Essais où il écrit : Quand je danse, je danse ; quand je dors je dors. Quand je me promène seul dans un beau jardin ou un beau verger, si parfois je pense à des choses lointaines, je ramène vite mes pensées à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi. N’en faisons-nous point autant, nous autres

Biographie de l’auteur :

Philosophie animaliste, Françoise Armengaud a une œuvre importante et singulière consacrée à cette question qui apparaît de plus en plus cruciale, elle a publié, entre autres, préfacée par Elisabeth de Fontenay, Lire l’éternité dans l’œil des chats ou De l’émerveillement causé par les bêtes, en 2016 aux Belles Lettres. Essais 2002 Lignes de partage. Littérature/Poésie/Philosophie, Éditions Kimé. 2007 La pragmatique, Éditions des PUF. 2011 Réflexions sur la condition faite aux animaux, Éditions Kimé. 2015 Requiem pour les bêtes meurtries, essai sur la poésie animalière engagée, Éditions Kimé. 2016 Lire l’éternité dans l’œil des chats ou De l’émerveillement causé par les bêtes, préface d’Élisabeth de Fontenay, Éditions Les Belles Lettres. Livres pour les enfants 2005 Bêtes de longue mémoire – Images de Martine Bourre, Éditions du Rocher. 2013 Le rhinocéros de Wittgenstein – Images de Annabelle Buxton, Éditions des Petits Platons. Traductions (de l’anglais) 2010 Articles et poèmes d’Adrienne Rich, dans Adrienne Rich, La contrainte à l’hétéro-sexualité et autres essais, Éditions Mamamelis, Genève. 2011 Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles – Images de Laura Nillni, Éditions Philomèle.

Notre avis :

Dame Pelote nous invite chez Michel de Montaigne, grand précurseur de la libération animale.

Pelote est un chat de Bibliothèque, elle vit avec son humain dans l’univers de lettres et de la philosophie en particulier.

La lecture de cet ouvrage, écrite par une amoureuse des animaux, est délicieuse.

Je connaissais l’auteure ayant lu Le rhinocéros de Wittgenstein qui m’avait fort plu mais ce récit félin suscite encore plus mon enthousiasme et émerveillement.

Un livre d’une centaine de pages que vous lirez d’une traite, il vous captivera et fera sourire.

Style fluide et agréable on pourrait même dire « au poil ». Les pages sont ornées par des délicates illustrations de l’auteure pour cette plaisante édition.

Quelles ravissantes créatures nos compagnons les chats. Si vous envisagez l’adoption d’un petit félin, sachez que les prénoms de l’année 2019 doivent commencer par la lettre « P », une petite Pelote pourrait donc partager votre vie.

Je vous recommande cette lecture.

❤️❤️❤️❤️❤️

La Bibliothèque

Extrait
Françoise Armengaud
messire Montaigne
Armoiries de messire Montaigne
Chats

L’École des soignantes

Mot de l’éditeur :

«Le Centre hospitalier holistique de Tourmens est un hôpital public. On y reçoit et on y soigne tout le monde, sans discrimination et avec bienveillance. Mais les préjugés envers son approche féministe et inclusive des soins et de l’enseignement sont tenaces. 

Depuis sa création, en 2024, les hommes qui s’enrôlent à l’École des soignantes du CHHT n’ont jamais été nombreux : l’année où j’ai commencé ma formation, j’étais l’un des rares inscrits. J’espère que nous ne serons pas les derniers. 

Je m’appelle Hannah Mitzvah. Aujourd’hui, 12 janvier 2039, je commence ma résidence. L’officiante de l’unité à laquelle je suis affecté se nomme Jean (« Djinn ») Atwood. C’est une figure légendaire de la santé des femmes. 

Je me demande ce qu’elle fait chez les folles.»

Biographie de l’auteur :

Martin Winckler, pseudonyme de Marc Zaffran, né le 22 février 1955 à Alger, est un médecin militant féministe français connu comme romancier et essayiste. Évoquant souvent la situation du système médical français, il est également critique de séries télévisées et traducteur. Il vit aujourd’hui à Montréal.

Notre avis :

Un roman qui émerveille, les histoires peuvent changer le monde, je veux y croire, j’aime imaginer que ce récit soit une graine qui, une fois plantée, fasse semer une autre façon de penser, un passerelle vers l’autre et vers des lieux des gestes qui accompagnent.

La manière dont l’auteur pénètre l’esprit des femmes et arrive à parler du sexe opposé est stupéfiante, pertinente et profonde.

Nous sommes en 2039, les personnages anciens et nouveaux travaillent dans le Centre Hospitalier publique que nous rêverions d’avoir mais tout n’est pas résolu : les lobbies pharmaceutiques subsistent encore et sans subventions externes pas de thérapies adaptées juste le minimum.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu Chœur des Femmes, précédent ouvrage de notre écrivain, pour découvrir et apprécier pleinement le nouveau roman de Winckler toutefois, vous en aurez peut-être envie de connaître l’évolution de Jean Atwood sagace personnage qui vous invitera dans son univers.

Dans nôtre réel de 2019 nous n’avons pas la société «Star Trek» où la fédération a éradiqué la pauvreté et tout le monde peut être aidé. Nous avons la société «Retour vers le futur» où Biff/Trump est vraiment devenu Président des États-Unis et a supprimé la « Obamacare ».

Chez nous dans la vielle Europe, en France malgré, une protection plus importante, les faibles, celles et ceux qui sortent de l’ordinaire ont de plus en plus de difficultés à trouver une place accessible et adaptée dans le système qui devrait pourtant les soulager.

Ce récit est un manifeste qui délie la parole des femmes, une déclaration pour des soins qui soient relations et non seulement actions.

Un roman qui est un enchantement.

L’École des soignantes, mérite plus que la note  habituelle de cinq cœurs comme appréciation maximale, ergo elle en obtient six.

❤️❤️❤️❤️❤️(❤️)

Collection Fiction, P.O.L

Martin Winckler
Extrait
Extrait
Extrait
Louise Michel

Beverly Crusher médecin (Star Trek) 😉
Olivia de Lamberterie dans le Elle sur « L’École des soignantes »